La troupe «El Ferda», des textes et des rythmes maitrisés

samedi 19 décembre 2009 à 1:50
Source de l'article :

el_ferda.jpgLa musique G’naouie s’est invitée jeudi dernier au soir au Palais de la culture Moufdi-Zakaria dans le cadre de la célébration de la nouvelle année de l’hégire, avec la troupe «El Ferda» de Bechar.

Le palais de la culture a vibré sur des rythmes «Madih dini» et «G’naoui», des genres musicaux ancestraux célèbres par l’authentique Gumbri, dont le son accompagne des chants sacrés qui font des louanges à Dieu et son prophète Mohamed, que le salut soit sur lui. Un public animé d’une ardente énergie et composé de jeunes, ont pu créer une ambiance festive remarquable en s’abandonnant à la danse jusqu’à la transe pour certains. «El Ferda», cette formation fondée en 1990, regroupe sept musiciens, qui ont décidé d’une réconciliation avec le patrimoine. Le groupe n’a pas perdu de sa superbe.

«El Ferda» de Kanadssa (Bechar) a offert un spectacle riche en émotions. Deux heures durant, ces artistes ont su donner de l’émotion liée au désir, la colère, la peine et la joie de vivre. Apparentée au Melhoun marocain, tant dans ses textes que dans ses compositions, le répertoire d’El Ferda a ravi l’assistance avec un répertoire. Quelques titres ont été repris en chœur : «Krim Kourama», «Alah m’ssali alik ya rassoul alah», «G’nawi», «Talat b’walfi had el ghiba». Attraction de la soirée, et pour la première fois, la troupe «El Ferda» introduit sur scène deux instruments, synthétiseur et basse.

Au départ, Larbi Basstam, leader de cette troupe, confie qu’il était sceptique et appréhendait cette démarche de crainte que leur genre musical soit dénaturé et perde de son authenticité. Il a eu tort car les spectateurs ont adoré. Ce spectacle haut en couleurs et dans une tenue parfaite est relevé par l’harmonie de l’interprétation musicale. Le public a apprécié.
Les performances de la troupe «El Ferda» reposent sur la volonté de présenter un G’nawi sous une forme accessible à toutes les sensibilités : «Nous introduisons dans notre musique une nouvelle âme pour la rendre plus universelle» explique Larbi Basstam, leader de cette troupe.

Samira Sidhoum.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
37 queries in 7,011 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5