Disponibilité des denrées : les députés demandent des comptes à Rezig

Disponibilité des denrées : les députés demandent des comptes à Rezig

A l’ approche du mois de Ramadan les citoyens se posaient beaucoup de questions quant à la disponibilité des denrées alimentaires sur le marché mais aussi aux prix ce qui n’a pas laissé les élus indifférents.

Lors d’une assemblée tenue le jeudi 31 mars 2022; le ministre du commerce Kamel Rezig a dû répondre à une série de questions que se posaient les députés présents. Ils ont exigé des solutions plus concrètes afin de mettre fin aux problèmes constatés sur le terrain : des files d’attentes interminables. D’après eux, ce serait une atteinte à la dignité du citoyen et les déclarations répétitives sans actes directs ne suffisent plus.

Les deux parties sont aussi revenues sur un point essentiel du marché alimentaire actuel : l’approvisionnement en poudre de lait et les factures d’importations qui y sont liées.
Le député Rabah Djeddou a directement mis en avant la responsabilité du ministère de Rezig en affirmant que celui ci “a réduit la facture des importations sans proposer d’alternative, ce qui a provoqué une crise qui est la première du genre dans l’histoire de l’Algérie”, remettant encore une fois l’atteinte de la dignité du peuple algerien sur le tapis.

Voulant en savoir plus sur les potentielles solutions mais aussi les raisons qui ont poussé le ministère à réduire les factures, il l’a questionné sur le moyen d’approvisionnement prévu pour produire plus de 800 millions de litres chaque année.

Un député du Front de libération national a quant à lui soulevé le problème des prix et de la spéculation. Il a demandé des contrôles plus stricts des marchés afin de réguler les prix notamment auprès des “marchands éphémères » qui profitent du mois de ramadan pour écouler de la marchandise à prix fort. Il a d’ailleurs été soutenu par un de ses collègues qui a appuyé la nécessité d’une meilleure gestion.

Les justifications du ministre du commerce

Le ministère du commerce a tenté de répondre à toutes ces interrogations tant bien que mal , en apportant des chiffres sur la situation économique du pays. En ce qui concerne la réduction de la facture d’importation de lait, il a affirmé la disponibilité d’une réserve suffisante.

Rezig a d’ailleurs affirmé que le ministère a une nouvelle stratégie de distribution qui prenait en compte tous les facteurs nécessaires : la densité de la population, le coût de distribution et la régularité de l’approvisionnement. De nouvelles mesures mises en place permettraient aux autorités de contrôler la production en plus de la distribution afin d’éviter tout dérèglement du marché ou quelconque impact sur les produits subventionnés.
Néanmoins, le ministre a confirmé que d’autres solutions étaient en train d’être étudiées avec la contribution des ministères de la finance, de l’agriculture et de l’intérieur.

Il a tenu a précisé, que quant à l’huile les commerçants étaient tout aussi responsables. En effet, les grossistes ont créé une certaine rareté du produit en refusant de la distribuer et pour cause la faible marge bénéficiaire.