Didier Deschamps, prochain entraîneur de l’OM

Didier Deschamps, prochain entraîneur de l’OM

La Juventus de Turin, entraînée par Didier Deschamps, est assurée de remonter en Serie A après sa victoire 5-1 sur le terrain d'Arezzo. /Photo prise le 23 septembre 2006/REUTERS/Alessandro GarofaloLa saison n’est pas finie mais la valse des entraîneurs de Ligue 1 a déjà commencé. Confirmant une information du quotidien La Provence, l’OM a officialisé mardi 5 mai l’arrivée de l’ancien international et ancien capitaine de l’OM Didier Deschamps. L’Equipe affirme, de son côté, que Paul Le Guen quittera le PSG à la fin de la saison.

Deschamps n’ignore pas la taille du défi qui sera le sien : succéder à Eric Gerets, l’homme qui a réussi à hisser l’OM sur la première marche du championnat, et qui semble encore en mesure, à quatre journées de la fin du championnat, d’offrir au club son premier titre national depuis 1992. Le Vélodrome en a fait son idole et regrette déjà le départ de l’entraîneur. Celui-ci a expliqué sa décision par l’attitude de Robert Louis-Dreyfus, qui a publiquement exprimé des doutes en janvier sur les résultats de l’OM.

Mais Deschamps a aussi des arguments à faire valoir. Les Marseillais le portent dans leur cœur, lui qui fut le capitaine de l’OM champion d’Europe en 1993. Capitaine, il l’était aussi en équipe de France, pour les titres de champion du monde (1998) et champion d’Europe (2000). Deschamps présente aussi un beau palmarès en tant qu’entraîneur : en 2004, le jeune coach parvient à mener Monaco en finale de Ligue des champions. Recruté ensuite par la Juventus de Turin, il doit composer avec la relégation du club, impliqué dans un scandale d’arbitrage, en série B. En une saison, il permet à l’équipe de retrouver l’élite, mais se brouille avec ses dirigeants et quitte le club. Depuis, son nom est régulièrement évoqué pour diriger les plus grandes écuries européennes.

Et d’ailleurs son nom était encore cité, ce mardi, par L’Equipe, pour succéder à Paul Le Guen, dont le sort semble lui aussi réglé, à la tête du PSG. « Le Breton a subi une décision de son actionnaire principal. Sébastien Bazin, représentant en Europe de Colony Capital, a longtemps été séduit par le profil et le travail de Le Guen. Mais au moment d’aborder l’avenir avec son entraîneur, après la défaite contre Rennes (0-1), celui-ci lui a clairement fait comprendre que si Le Guen restait, ce serait avec une influence réduite dans l’organigramme du club. » Un autre nom était cité mardi par L’Equipe pour succéder à Le Guen, celui d’Antoine Kombouaré, entraîneur de Valenciennes.