DGSN : arrestation de plusieurs collaborateurs de Abdou Semmar

DGSN : arrestation de plusieurs collaborateurs de Abdou Semmar

Le Service central de lutte contre le crime organisé a démantelé un réseau criminel, dont les seize (16) membres collaboraient avec le site électronique de Abdou Semmar, “Algérie Part”, a indiqué ce vendredi un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

Dans un communiqué rendu public hier et relayé par l’APS, la DGSN a fait savoir que “le Service central de lutte contre le crime organisé a démantelé un réseau criminel subversif qui visait à déstabiliser le pays et à attenter aux institutions de l’État, en collaborant avec le site électronique hostile “Algérie Part”, appartenant à Abdou Semmar qui est établi en France”.

D’après la même source, “ledit réseau publiait des fake news et divulguait des rapports administratifs à la solde d’agendas étrangers hostiles et opportunistes ciblant par tous les moyens les intérêts de l’Algérie”.

D’ailleurs, la DGSN a aussi diffusé les aveux filmés des individus arrêtés, parmi les seize membres dudit réseau criminel, à travers lesquels ils ont avoué “leur implication dans cette affaire”. De plus, il est à noter que “les autres membres du réseau se trouvent encore en état de fuite à l’étranger”.

Retour sur les aveux du bras droit de Abdou Semmar

Parmi les aveux diffusés, figurent ceux d’un individu répondant aux initiales S.L., considéré comme étant le bras droit de Abdou Semmar. Ce dernier a affirmé que “les faits remontaient à 2015, quand il avait créé un compte Facebook en vue de recevoir des informations au nom de “Algérie Part”, en contrepartie desquelles il perçoit 1500 euros en sa qualité d’administrateur de la page”.

En outre, le même mis en cause a fait savoir qu’ “il avait l’habitude de rencontrer le dénommé “Amir Dz”, et Abdelwahab Boukazouha, réfugié en France, ainsi que Hichem Aboud, qui venait souvent chez Abdou Semmar”.

Selon lui, “Abdou Semmar faisait appel à des fonctionnaires occupant des postes sensibles, en vue d’obtenir des rapports administratifs falsifiés et influencer l’opinion publique”. Le dénommé S.L. a aussi affirmé que le propriétaire du site “Algérie Part” “avait des pourvoyeurs à l’intérieur du pays, à l’instar de l’ancien homme d’affaires, Mahieddine Tahkout, ou encore de l’ex-PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour”.

D’ailleurs, la vidéo de la DGSN a compté un enregistrement vocal “d’une conversation téléphonique entre l’épouse d’Abdeslam Bouchouareb et Abdou Semmar”, ainsi qu’un autre enregistrement “d’une conversation téléphonique entre lui et Mahieddine Tahkout”.