Des spécialistes en pneumologie insistent sur une « prise en charge totale » du traitement des patients

jeudi 15 novembre 2018 à 15:03
Source de l'article : Www.aps.dz

ALGER – Des spécialistes en pneumologie ont insisté, jeudi à Alger, sur la nécessité d’une « prise en charge totale » du traitement des patients atteints de la maladie brancho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO), dont la prévalence est de 4,9% pour l’ensemble de la population.

Lors d’une conférence organisée par l’Association algérienne de solidarité aux malades respiratoires à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la BPCO, le 21 novembre de chaque année, les spécialistes ont relevé les difficultés que traversent les patients pour la procuration du matériel adéquat et ce, à cause de « la non prise en charge à 100% de leurs maladies, notamment par la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS), et dont leur nombre est de 9,8% à l’échelle nationale ».

Selon le professeur en Pneumologie, Soumeya Taright, cette maladie, caractérisée par une obstruction des bronches et une destruction du tissu pulmonaire, appelée aussi « emphysème » et souvent méconnue des médecins et ignorée du grand public, touche notamment la population âgée de plus de 40 ans, ayant un long passé tabagique, ainsi que tout sujet exposé à un facteur de risque (professionnel ou autre) et les patients présentant une « symptomalogie évocatrice ».

Pour elle, les personnes atteintes de la BPCO ont un énorme déficit respiratoire, un retentissement sur hématose et un handicap respiratoire, d’où l’importance de mettre à la disposition de ce type de malades « le matériel nécessaire qui est excessivement cher à procurer à titre individuel », a-t-elle précisé.

Dans le même sens, le professeur en pneumologie, A. Ketfi, a expliqué que le tabagisme intervient en premier lieu et demeure le « principal facteur de risque », mettant également en garde les jeunes sur le danger du « narguilé » qui gagne de plus en plus la population urbaine.

« Le tabagisme majore cette prévalence qui atteint 31,5% chez les fumeurs, 14,6% chez les ex-fumeurs et 2,5% chez les non-fumeurs », a-t-il fait remarquer.

De son côté, le responsable de la médico-technique de la société « hôpital à domicile » (HAD), Sahnoune Mohamed Yacine, a expliqué que les malades « sont loin de pouvoir s’acheter, voire louer le matériel comme la ventilation non invasive (VNI) et le concentrateur d’oxygène ».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
25 queries in 0,698 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5