Des locaux commerciaux à l’abandon depuis 2012 à Aïn El Turck: Les habitants de la cité des 100 logements LPA interpellent le wali

jeudi 24 janvier 2019 à 9:22
Source de l'article : Lequotidien-oran.com

Rachid Boutlelis

Des locaux commerciaux à l’abandon depuis 2012 à Aïn El Turck: Les habitants de la cité des 100 logements LPA interpellent le wali

  Des habitants de la cité des 100 logements formule LPA, sise dans le quartier Bensmir, communément appelé « Douar Naqousse », à la sortie ouest du chef-lieu de la daïra d’Aïn El Turck, se sont rapprochés du Quotidien d’Oran pour interpeller une fois de plus le wali sur la situation de déliquescence qui va crescendo dans leur lieu de résidence et ses alentours immédiats, ayant été enfantée par l’abandon des 100 locaux commerciaux. Nos interlocuteurs dénoncent notamment « la transformation de ces locaux de commerce en lieu de repaires et de beuveries par des délinquants.

Ce déplorable état de fait nuit grandement à notre cadre de vie et celui des autres habitants domiciliés dans les abords ». L’atroce crime perpétré quelques mois auparavant à proximité de ladite cité, lors d’une bataille rangée ayant opposée deux bandes rivales armées jusqu’aux dents, fréquentant ces locaux, a provoqué le déclic chez ces habitants, qui ont depuis saisi à maintes reprises les responsables concernés pour tenter d’endiguer la cruelle déchéance de cette zone de la municipalité d’Aïn El Turck.

Nos interlocuteurs suggèrent « la transformation de ces locaux en un projet d’utilité publique, école ou centre de santé, pour, ont-ils fait remarquer, « annihiler ainsi la dégradation de leur cadre de vie et celui de l’environnement ». Le même son de cloche s’est fait entendre chez des habitants du quartier Bahia, à mi-chemin du village de Cap Falcon et les locataires des cités de logements sociaux sur les hauteurs de la localité de Bouiseville où ont été réalisés les 200 autres locaux commerciaux de ladite municipalité dans la cadre d’un programme initié par le président de la République, destinés à mettre un tant soit peu à l’informel et résorber le chômage.
Notons que ces locaux, qui sont dans un état déplorable suite aux actes de vandalisme, ont nécessité des milliards de centimes pour leur réalisation en 2012, ayant été inscrits dans le cadre des dispositifs Cnac, Ansej et Angem. Cependant les bénéficiaires refusent toujours d’occuper leur nouveau lieu de travail et ce, en invoquant notamment leur détérioration, l’absence d’électricité et d’eau courante ainsi que leur éloignement, voire leur isolement, en ce qui concerne ceux installés dans le quartier d’El Bahia.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
60 queries in 0,352 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5