CR Belouizdad: Une société multinationale pour sauver les meubles

CR Belouizdad: Une société multinationale pour sauver les meubles

Par M. Lamine

CR Belouizdad: Une société multinationale pour sauver les meubles

«Ceux qui font le forcing pour imposer le retour de l’ex-président Reda Malek risquent de pousser le CRB vers le chaos », nous disait hier un groupe de supporteurs de l’équipe belouizdadie, qui ne croient pas à une éventuelle cohabitation entre le président du CSA, Karim Chettouf et Reda Malek, lesquels ont des relations très tendues au vu des dernières accusations que se sont échangées sur la gestion antérieure du club. « Il est vrai que la situation financière difficile que connaît le CRB exige la mobilisation et la contribution de tous ses enfants, notamment ses anciens dirigeants, mais le club ne doit en aucun cas tomber dans des luttes internes qui pourront lui porter le coup de grâce », a ajouté ce même groupe de supporteurs, lesquels appréhendent le retour de Malek, sachant que ce dernier vient d’annoncer ouvertement son ambition pour la présidence du club. « Je suis très sollicité ces derniers jours. Beaucoup de personnes, inquiètes par la situation du CRB m’ont sollicité pour revenir aux affaires du club tel que le wali d’Alger, le ministre de la Jeunesse et des Sports et des personnes connues à Belouizdad, comme Belaïd Hachaïchi, ancien dirigeant et Messaoud Merad, l’un des derniers fondateurs du club toujours en vie », a déclaré Malek, qui n’a pas caché ses inquiétudes en mettant en avant la crise financière sans précédent que vit le CRB. « Si je décide de revenir, je dois avoir des garanties, que ce soit du côté des pouvoirs publics ou de ceux que je choisirai pour travailler avec moi, car il s’agit maintenant de sauver le club d’une éventuelle déchéance. La situation est trop compliquée sur le plan financier avec les dettes que traîne le club », a encore ajouté Malek, qui a regretté le départ massif des joueurs avec lesquels le CRB avait remporté la coupe d’Algérie.

La sortie médiatique de Réda Malek a tout de suite fait réagir le président du CSA Karim Chettouf, qui a insinué à ce dernier qu’il n’aura aucun rôle dans la société multinationale avec laquelle les dirigeants sont en pourparlers pour qu’elle prenne la gestion financière du club. « Il est hors de question de laisser d’anciens dirigeants gérer l’argent de cette société. C’est cette dernière qui doit désigner ses cadres administratifs et financiers du club », a indiqué Chettouf, qui n’a pas manqué de remercier les parties qui ont facilité le rapprochement entre le CRB et les responsables de cette société multinationale, dont le nom n’a pas encore été divulgué. En tous cas, et selon les dires du président, les choses semblent bouger dans le bon sens au sein du club belouizdadi et les supporteurs se frottent déjà les mains de voir leur club sortir des sentiers battus. Pendant ce temps, la direction actuelle du club est en train d’exploiter les dernières heures du mercato pour renforcer l’équipe par de nouveaux joueurs. On annonce ainsi l’arrivée de Belameri (ESS), de deux joueurs nigérians, du défenseur Herida et du gardien Meziane.

Rappelons que la formation belouizdadie a effectué un stage de dix jours à Tlemcen sous la houlette de son nouvel entraîneur Cherif El Ouazzani, lequel a exigé de ses dirigeants d’accélérer le renforcement de l’équipe par de nouveaux éléments et de trouver les solutions adéquates aux problèmes financiers de certains joueurs comme Nessakh et Balegh, qui ont décidé de boycotter les entraînements.