Coup d’envoi du CIHN Algérie – France : ce qu’a dit Benabderrahmane

Coup d’envoi du CIHN Algérie – France : ce qu’a dit Benabderrahmane

En marge de la visite qu’effectue la Première ministre française, Elisabeth Borne, en Algérie, se tient la réunion du cinquième comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN). Cette nouvelle session traitera principalement de la coopération économique entre Alger et Paris, et ce, sous la coprésidence des deux Premiers ministres, algérien et française.

Ce dimanche 9 octobre 2022, ont débuté, au centre international des conférences (CIC) “Abdellatif Rahal” à Alger, les travaux de la cinquième session du comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), sous la coprésidence du Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, et son homologue française, Elisabeth Borne, qui effectue une visite de travail de deux jours en Algérie.

D’ailleurs, cette session, qui réunit plusieurs ministres algériens et leurs homologues français, devrait aboutir à la signature de plusieurs accords, portant, notamment, sur la formation, la transition énergétique, la coopération économique, la jeunesse et l’éducation, ainsi que le régalien.

“Les relations entre l’Algérie et la France n’ont jamais faibli”

Intervenant à l’ouverture de cette réunion, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a fait part “de son entière conviction quant aux potentialités exceptionnelles dont disposent l’Algérie et la France dans divers domaines”. Saisissant l’occasion pour “appeler les entreprises des deux pays à s’orienter vers les aspects liés au transfert de l’expertise, le savoir-faire et la formation”.

En outre, le Premier ministre a aussi mis l’accent sur la qualité des relations bilatérales entre l’Algérie et la France, affirmant qu’ “elles n’ont jamais faibli malgré toutes les circonstances qu’elles ont traversées”.

Lors de son allocution, Aïmene Benabderrahmane a noté le fait que “la tenue de la cinquième session du CHIN renverra les deux parties à la feuille de route et au calendrier de rendez-vous communs à l’horizon de l’année 2030, tels que fixés par les Présidents des deux pays dans le cadre de la Déclaration d’Alger”.

Immigration, dossier de la Mémoire … : ce qu’a dit le Premier ministre

Sur un autre volet, le Premier ministre a évoqué la question relative à la circulation des individus entre les deux pays et a estimé que “les efforts doivent être doublés afin de faciliter la circulation des individus entre les deux rives de la Méditerranée”.

“Nous devons relancer le dialogue sur les questions liées à la circulation des individus, à l’immigration et à la réadmission des individus, selon la Déclaration d’Alger. Et ce, dans une atmosphère marquée par la confiance et le pragmatisme”, a soutenu le Chef du Gouvernement, en affirmant que “l’Algérie a toujours manifesté une réelle volonté de lutter contre le phénomène de l’immigration clandestine à travers son engagement global sur la question”.

Concernant le dossier de la Mémoire, Aïmene Benabderrahmane a fait part de “la satisfaction de l’Algérie quant aux résultats positifs du groupe mixte de travail en charge d’identifier les crânes des résistants algériens, alors conservés dans des musées français, et qui a permis le rapatriement de 24 crânes en juillet 2020”.

“Il faut continuer le travail suivant le calendrier et les rendez-vous bilatéraux et renforcer le dialogue dans le cadre du groupe de travail sur les essais nucléaires en Algérie”, a encore indiqué le Premier ministre.