Coronavirus : Les dernières mesures drastiques de Macron face au coronavirus

Le président francais, Emmanuel Macron a annoncé ce soir que les « frontières à l’entrée de l’Union européenne et de l’espace Schengen seront fermées » dès mardi midi pour 30 jours, exception faite pour « les Français actuellement à l’étranger » qui pourront rentrer en France.

« Concrètement, tous les voyages entre les pays non européens et les pays de l’UE seront suspendus pendant 30 jours », a déclaré le président de la République français, expliquant que « nous devons dans la durée nous protéger ». « Les Français qui sont actuellement à l’étranger et qui souhaitent rentrer pourront bien entendu rejoindre leur pays », a-t-il précisé, leur demandant de se « rapprocher des ambassades et consulats ».

En outre, Mesure la plus forte, le président de la République française a pris la décision de demander aux Français de se confiner chez eux presque totalement, et cela pour au moins 15 jours, pour « limiter au maximum les contacts » et lutter contre l’expansion du coronavirus.

La mesure entrera en vigueur mardi midi et des sanctions seront prises en cas de non respect des règles. Les déplacements non essentiels seront donc interdits. Il ne sera ainsi plus possible de « retrouver ses amis ou aller au parc ».

« Seuls doivent demeurer les trajets nécessaires », « pour se soigner », faire ses courses ou encore « aller au travail quand le travail à distance n’est pas possible », a détaillé le chef de l’Etat.

Concernant les élections municipales, Emmanuel Macron a annoncé le report du second tour. Mais, Il n’a cependant pas confirmé la date du 21 juin, évoquée par plusieurs responsables politiques dans l’après-midi.

Et pour les mesures sanitaires, Le président français, Emmanuel Macron, a annoncé la distribution de masques dès mardi aux soignants des 25 départements les plus touchés et à l’ensemble des personnels de santé mercredi. Cette annonce fait suite au cri d’alarme des professionnels de santé sur la pénurie de masque qui menaçait directement leur santé.

Par ailleurs, il a ajouté : « Nous devons aussi aux soignants la garde de leurs enfants, un service minimum de garde est à ce jour en place dans les crèches et dans les écoles, nous leur devons aussi sérénité dans leurs déplacements et repos » a ajouté le président. « C’est pourquoi j’ai décidé que dès demain des taxis et des hôtels pourront être mobilisés à leur profit, l’Etat paiera. » a précisé le président.

Enfin, un hôpital de campagne des armées va être déployé en Alsace, où le propagation du coronavirus est des plus importantes.