Coronavirus en Italie : De la prison pour ceux qui refusent de se confiner

Alors que les Italiens sont appelés à se confiner chez eux pour endiguer l’épidémie, les peines encourues par ceux qui refuseraient de se soumettre à la quarantaine imposée ont de quoi dissuader.

L’Italie ne veut prendre aucun risque. En effet, les autorités italiennes alertent que les personnes présentant des symptômes du coronavirus (fièvre, toux, etc) qui évitent la quarantaine risquent d’être accusés de tentative de meurtre.

Ils encourent six mois à trois ans de prison, rapporte le site web d’informations Metro. De plus, si une personne atteinte du coronavirus ne se confinait pas et transmettait le virus à une personne âgée ou vulnérable, elle pourrait être accusée de «meurtre intentionnel», et encourir alors 21 ans de prison, selon le quotidien italien II Sole 24 Ore.

Les personnes, ne s’étant pas mises en quarantaine, ayant été en contact avec un patient atteint du coronavirus pourraient encourir la même peine. Même sanction pour celles touchées par le Covid-19 n’ayant pas prévenu les personnes qu’elles auraient potentiellement infectées. Des mesures juridiques comparées aux sanctions infligées par l’Italie aux personnes transmettant le VIH à des victimes sans méfiance.