Contribution : Les partis politiques et le sabotage du Hirak.

Pour commencer, il faut arrêter d’utiliser ce mot idiot de hirak ou plutôt harak qui a été trouvé par ceux qui ne voulaient pas froisser ceux qui tiennent le pouvoir en leur faisant subir le mot RÉVOLUTION.

Appelons les choses par leurs noms et ce qui se passe en Algérie depuis le 22 février est tout simplement une Révolution pour une Algérie meilleure où règnera l’état de droit et la démocratie. “Harak » ca va plutôt dans le sens de mouvement populaire qui lutte pour plus de droits dans une république, tout comme les gilets jaunes qui tentent d’arracher une justice sociale au régime français. Demander le départ du régime pour établir un état de droit et une démocratie, ce n’est pas un mouvement mais une Révolution qui se traduit en “Thaoura” en langue arabe!

Et puis si c’est dans le but de ne pas créer de confusion avec la guerre de libération et la révolution algérienne, dans ce cas là notre révolution d’aujourd’hui s’inscrit tout simplement dans la suite logique de la révolution algérienne de 54 puisque les valeurs de novembre n’ont fait que d’être bafouées par des meurtriers et des sanguinaires depuis notre indépendance, qui n’ont pas hésité à utiliser le FLN pour asservir notre peuple et régner en maître absolue. Et le régime qui a sévit depuis 57ans est comparable sur bien des points avec l’ennemi d’hier.

En ce moment et depuis 3 semaines, notre révolution est menacée par un véritable cancer mené par de nombreuses cellules de partis politiques qui tentent à tout prix de gangrener les manifestations populaires qu’elles soient le vendredi en Algérie ou le dimanche à l’étranger, surtout en France.

Ces différentes cellules émanant de partis politiques dont la plupart étaient associés au FLN, formant ainsi le front politique du régime, sont apparues ces dernières semaines durant les manifestations avec un nombre considérable de membres pour constituer une sorte de bouclier autour de leur porte-paroles qui prennent ainsi la parole en public pour inoculer les propos de leurs discours politiciens. Puis des vidéos et des photos destinées au buzz sur les médias sociaux vont être affichées et partagées et surtout diffusées sur les chaines de télévision privées, pour faire croire aux algériens que notre révolution pacifique a accepté des gens pareils en son sein!

Ces partis politiques toute honte bue se sont aussi mis à établir des plans de sortie de crise sous forme de plans de transition mêlant pêle-mêle aussi bien les revendications de notre révolution pacifique avec leurs fruits et légumes pourries pour se faire accepter en tant qu’interlocuteur “crédible” pour négocier avec l’autre partie du régime qui a eu le temps maintenant de préparer son futur président mais qui aura besoin de chacals et de hyènes pour vendre son programme.

Ces partis pensent qu’il y a une redistribution des cartes et que ceux qui arriveront à faire “le bon marketing d’une version du hirak” allant à l’encontre de notre révolution pacifique et du choix du peuple algérien, vont se retrouver récompenser par le régime?!

La prochaine étape pourrait être l’organisation de meetings dans des stades et des grandes salles, pour déloger les marches des grandes artères des villes algériennes et finalement de récupérer sur leur perte de terrain en jouant le refrain de la “ modération et de la sagesse” pour “régler les problèmes des algériens dans le calme et la sérénité” à la façon de Lakhdar Brahimi.

Maintenant, je me demande qui sont ces gens qui pour un but politique ont décidé de faire échouer une révolution pacifique qui s’est donnée corps et âme pour nous libérer du règne des médiocres? Sont-ils Algériens ? Ont-ils écouté les cris et les pleurs des mamans foudroyées par la mort de leurs enfants en mer? Ont-ils écouté la colère des citoyens qui se sont retrouvés dans la rue à cause de la cherté de la vie qui a été dopée par une corruption généralisée et génocidaire?
Ont-ils vu ce que notre pays est devenu ces 20 dernières années? Où l’image de notre pays a été impitoyablement salie? Où l’investissement est devenu conditionné par le niveau de bakchich ? Où la démocratie d’octobre 88 a été sciemment tourné au ridicule au profit d’une dictature? Ont-ils vu au moins cela ?

Comment peuvent ils encore oser et revenir pour occuper les devant de la scène politique algérienne ?!

Ce 19ème vendredi aussi s’est vu censurer par des chaines de télévision privées offrant presque pas de couvertures médiatiques pour rejoindre le plan établie au nom de “l’apaisement” pour détruire notre révolution pacifique. Quel apaisement ? Malgré les provocations quasi quotidiennes notre révolution a su demeurer pacifique.

Mais le peuple n’a pas encore dit son dernier mot et vous les partis politiques qui avaient soutenu le régime, vous allez le payer cher et ne penser pas que vos manoeuvres arriveront encore à duper le peuple.

Le peuple algérien a déjà épaté le monde entier par sa maturité depuis le 22 février et rien ne fera tomber notre révolution.

Chafik Ben Guesmia
[email protected]

Les opinions et contributions publiées sur Algérie360 ne reflètent pas la position de notre rédaction.