Conflit tribal à Bordj Badji Mokhtar : appels au rejet de la violence et à la réconciliation

Conflit tribal à Bordj Badji Mokhtar : appels au rejet de la violence et à la réconciliation

1__607500822628195_486691637_n_448426113.jpgDes appels au rejet de la violence et à la réconciliation ont été lancés à Adrar par des notables et représentants de la société civile, suite aux évènements ayant secoué dernièrement la commune frontalière de Bordj Badji Mokhtar. Cheikh Moulay Touhami Ghitaoui, membre du Haut conseil islamique (HCI) et président de la commission nationale des sages et notables, a lancé en direction de la population un appel à la tolérance, la concorde et la réconciliation.

Dans une déclaration à l’APS, cheikh Ghitaoui a appelé les habitants de la région à « s’éloigner de la voie du conflit, de la déchirure et de la confrontation, au moment ou le monde arabo-musulman vit de grands défis ». Il a invité la population locale « enfants de la même religion et du même pays », à « rester attachés à l’unité de la Nation et de la religion », étayant son propos par des références à des versets du Coran et des hadiths du prophète (QSSSL).

Chiekh Ghitaoui a appelé, par la même occasion, ceux qui sèment la fitna (discorde) « à revenir au droit chemin et à la raison, en prenant conscience de l’importance de la sécurité et de la quiétude régnant en Algérie, sous l’ère de la paix et de la réconciliation ».

Dans le même cadre, le bureau communal de l’académie de la société civile de la commune de Bordj Badji Mokhtar a qualifié le conflit ayant secoué récemment la région de « véritable Fitna semée par des parties occultes » et qu’il « appartient d’éteindre par la conjugaison des efforts et le resserrement des rangs ». Dans son communiqué, dont l’APS a reçu une copie, le même bureau lance un message au Peuple algérien, « arabes et amazighes », l’appelant à « ne pas se laisser entrainer par les semeurs de fitna auxquels il appartient de faire face ensemble, comme avaient affronté nos aïeux, côte à côte, le colonialisme français ».

Un appel a été lancé également, à travers ce communiqué, à « l’ouverture d’une enquête rigoureuse » sur ces évènements douloureux et au « châtiment des criminels à l’origine de cette fitna », ainsi qu’à l’envoi d’aides en produits alimentaire et en médicaments, dont les populations locales ont actuellement « grandement besoin ».

Les évènements qui ont éclaté mardi soir à Bordj Badji-Mokhtar, ont été provoqués par la tentative d’un individu de voler un magasin, avant que la situation ne dégénère en échauffourées entre les proches du propriétaire du commerce et ceux de la personne impliquée dans la tentative de vol, faisant 8 morts et 41 blessés alors que plusieurs biens privés ont été dégradés et incendiés