Compteurs électriques: Ce que coûte la fraude

mardi 12 février 2019 à 16:11
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

La mission de distribution de l’énergie est régulièrement entravée par des contraintes exogènes. La fraude et les agressions des ouvrages sont récurrentes. En 2018, la fraude a engendré un préjudice financier de 11 182,73 milliards de dinars. Des milliers d’ouvrages électriques et gaziers ont été agressés.

Nawal Imès – Alger (Le Soir) – La liste des contraintes rencontrées par les distributeurs de l’électricité et du gaz est longue. Le bilan établi par la Société de distribution recense plusieurs difficultés rencontrées. A leur tête, la fraude, qu’il s’agisse de connexion clandestine ou frauduleuse ou de manipulation illicite des compteurs ou utilisation de procédé visant à réduire en partie ou en totalité l’énergie effectivement consommée sans compter la rétrocession non réglementaire.

En 2018, la fraude a engendré une perte de la distribution de l’ordre de 7 536,12 gigawatts soit 13,28%. La quantité d’énergie fraudée est estimée à 2 430,5 GWH, alors que le préjudice financier est estimé au cours de la même année à 11 182 ,73 milliards de dinars.
Durant les trois dernières années, 20 555 plaintes ont été déposées contre les auteurs de ces fraudes. Autre difficulté rencontrée, les agressions des ouvrages. A fin 2018, 14 082 ouvrages électriques ont été agressés contre 9 232 ouvrages gaziers. Les atteintes des tiers sur les réseaux électrique et gazier sont essentiellement dues aux travaux de construction à proximité ou sous les lignes électriques.

En 2018, 2 688 atteintes de tiers sur le réseau électrique ont été à l’origine de 19% des incidents enregistrés. Au cours de cette même année, 5 768 atteintes de tiers ont été à l’origine de 76% des incidents enregistrés. Ce bilan a été présenté au cours d’une rencontre entre la commission de régulation, les titulaires des concessions et les associations des consommateurs. Le P-dg du groupe Sonelgaz rappellera à l’occasion que l’entreprise veillait à répondre à une demande de plus en plus accrue et pointue.

Pour relever ce challenge, l’entreprise mobilise pour le métier de distribution, près de 30 000 agents au service de 9,6 millions clients électricité et plus de 5,6 millions en gaz. Plus de 4 000 gaziers entretiennent sans répit plus de 107 727 kilomètres de réseaux gaz tandis que 9 000 électriciens sont mobilisés pour veiller sur les 339 260 km de réseaux. Mohamed Arkab affirme que la préoccupation va vers la nécessité de faire des agences des espaces «vitaux et modernes répondant aux exigences des clients».

Egalement présent à la rencontre, le ministre de l’Energie a rappelé que l’Etat était «garant du service public» en assurant «un juste équilibre» entre les intérêts des concessionnaires et des consommateurs. Si ces deniers, dit-il, sont aujourd’hui en droit d’exiger le meilleur service, ils doivent impérativement lutter contre le gaspillage en rationalisant leur consommation en énergie.

Une analyse des réclamations reçues par la Creg fait ressortir que 80% de ces dernières proviennent des clients basse tension. Les problèmes les plus souvent soulevés sont relatifs à la facturation et au raccordement.

N. I.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
12 queries in 0,270 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5