Chlef: Une saison à hauts risques

Chlef: Une saison à hauts risques

Par Bencherki Otsmane,

Chlef: Une saison à hauts risques

  Ils sont partout, dans les literies, les caves, les armoires, les jardins publics et même dans les rues. Rats et moustiques étendent leurs zones d’activité, en l’absence d’interventions pour les combattre. Pour cette année on a également constaté la présence de couleuvres et de vipères au niveau de certains quartiers des villes et villages. A Hay «Essaada», un quartier de la ville de Chlef, les pompiers ont dû intervenir récemment pour neutraliser un gros serpent qui a créé une grande frayeur parmi les résidents. Cependant, il faut souligner que si dans les années passées il y avait certaines communes qui menaient de temps à autre des opérations visant à atténuer l’invasion des rongeurs et des moustiques, aujourd’hui, peut-être faute de moyens nous dit-on, aucune action de désinsectisation et dératisation n’est entreprise favorisant ainsi la prolifération de ces nuisibles avec toutes les conséquences qui en découlent sur la santé humaine.

A titre d’exemple, au niveau de nombreux hôpitaux, en l’absence d’un environnement propre, les malades sont exposés à ces moustiques qui à travers leurs piqûres peuvent transmettre certaines maladies. Selon des spécialistes, les causes de ces proliférations sont variées et diffèrent selon les espèces.

Mais les professionnels soulignent néanmoins le rôle du réchauffement climatique. Mais il y a bien sûr la responsabilité des collectivités locales qui doivent entreprendre des actions justement pour préserver la santé de leurs concitoyens.