Chergui appelle au « règlement prioritaire » de la crise libyenne

Chergui appelle au « règlement prioritaire » de la crise libyenne

NOUAKCHOTT – Le commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, Smail Chergui a appelé vendredi à Nouakchott (Mauritanie) au « règlement prioritaire » de la crise libyenne, qui est à l’origine de la plupart des complications dans la région.

« Il faut régler la question libyenne de façon prioritaire car la plupart des complications dans la région, notamment migration et l’économie criminelle, sont la conséquence de la situation de crise prévalant en Libye », a-t-il indiqué dans une déclaration à l’APS à la veille du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, prévu dimanche et lundi prochains dans la capitale mauritanienne.

La Libye est en proie à une instabilité politique et sécuritaire depuis la chute du leader libyen Maamar El Kedafi en 2011.

Les parties libyennes s’étaient engagées lors d’une conférence internationale tenue fin mai, sous l’égide des Nations unies, à œuvrer de manière constructive en vue d’organiser des élections législatives et présidentielles crédibles et pacifiques et d’en respecter les résultats avant la fin de 2018.

La réunion avait, pour la première fois, réuni le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’entente nationale de Libye, Fayez al-Sarraj, le chef de l’armée nationale libyenne, Khalifa Haftar, le président du Haut Conseil d’Etat libyen, Khaled al-Mechri, et le président de la Chambre des représentants, Aguila Salah Issa.

Les quatre principaux protagonistes du conflit libyen s’étaient alors engagés à organiser des élections pour sortir leur pays du chaos.

L’émissaire de l’ONU, Ghassan Salamé, tente depuis longtemps d’obtenir un accord des parties sur une nouvelle Constitution et un calendrier pour son adoption.