Brédéah, Bouyakour, El Hachem et Misserghine: Près de 350 constructions illicites démolies depuis le début de l’année

Brédéah, Bouyakour, El Hachem et Misserghine: Près de 350 constructions illicites démolies depuis le début de l’année

J. Boukraa

Brédéah, Bouyakour, El Hachem et Misserghine: Près de 350 constructions illicites démolies depuis le début de l’année

A l’instar des autres daïra de la wilaya d’Oran, celle de Boutlélis mène depuis plus d’une année une lutte implacable contre les constructions illicites, notamment celles érigées sur les terres agricoles. Les services de daïra sillonnent l’ensemble des communes et des localités pour parer à toute tentative de constructions illicites. Des instructions ont été données par le wali d’Oran pour lancer les opérations de démolition sur-le-champ.
Ces dernières années, des centaines d’hectares de terres agricoles et de foncier forestier ont été détournées de leur vocation agricole à Oran. Face à ce phénomène dangereux qui commence à se généraliser, les riverains se sont tous mobilisés pour interpeller les pouvoirs publics suite au béton qui ronge leurs régions rurales. Ainsi, depuis le début de l’année en cours près de 350 constructions illicites dont des constructions inachevées, des extensions illicites entre autres, ont été démolies dans la daïra de Boutlélis en collaboration avec les services de l’ordre, a-t-on appris de sources proches de la daïra. La campagne s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le phénomène de détournement des terres agricoles. Ces constructions démolies, sont situées dans des terrains agricoles et autres domaines publics à Bredeah, Bouyakour, El Hachem, Misserghine et dans la commune d’Ain El Kerma, suite au recensement des habitation illicites qui a été effectué auparavant.
Le wali d’Oran avait insisté, à plusieurs reprises, sur plus de rigueur dans l’application des lois contre toute forme d’agression sur les terres agricoles et le domaine public ou forestier. Les nombreuses sorties du wali d’Oran, depuis son installation à la tête de la wilaya, lui ont permis d’avoir un large aperçu de la prolifération des constructions illicites sur les terres agricoles et sur le domaine forestier. «Ces constructions» sont vendues et revendues, d’autres louées, une vraie mafia s’est érigée qui gangrène la vie sociale. La wilaya d’Oran est déterminée à combattre ce fléau et ne ménage aucun effort pour mettre à la disposition des citoyens des logements décents. Elle conseille à plus de prudence pour éviter de tomber dans le piège des escrocs qui usent de subterfuges pour soutirer l’argent à leurs victimes.
Dans ce cadre, plusieurs opérations de démolition de constructions illicites ont été organisées dans plusieurs communes. En effet, suite aux dernières opérations de relogement, le nombre d’habitation illicites a explosé. A ce titre, la wilaya d’Oran informe les citoyens qu’elle détient un recensement de tous ces sites ainsi que de leurs habitants, lesquels seront seuls pris en considération lors des relogements. Les services de la wilaya avaient averti à maintes reprises que ces derniers risquent de se voir délogés même par la force publique si besoin est et d’être poursuivis en justice. Cet avertissement vise également toute personne qui intervient dans les tentatives de construction de nouvelles habitations illicites pensant que les pouvoirs publics sont occupés par les relogements en cours.

Les services de la wilaya disposent de toutes les données vérifiées et complètes sur les occupants des sites précaires devant être touchés par les prochains relogements. Les constructions illicites constituent un véritable casse-tête pour les autorités locales, qui sont dans l’obligation d’être vigilantes en permanence pour déjouer toute tentative de construction et/ou d’extension illicite. Suite à la prolifération des habitations illicites sur les terres agricoles, toutes les communes de la wilaya ont été instruites pour les recenser avant d’entamer les opérations de démolition. Des mises en demeure seront adressées à tous les contrevenants pour quitter les lieux avant l’intervention de la force publique.