Boukadoum à un média étranger : « il n’y a pas de doutes sur la transparence de la présidentielle »

Dans une interview accordée, ce mardi, au journal italien « Corriere della Sera », le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a affirmé « qu’il n’y a pas de doutes sur la transparence » de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain.

« Il n’y a pas de doutes sur la transparence de ce scrutin. Les prérogatives du gouvernement ont été transférées, pour la première fois, à une autorité indépendante (ANIE), composée de magistrats et de représentants de la société civile », a indiqué le ministre.

« chaque citoyen peut participer au contrôle avant, durant et après le scrutin », a-t-il ajouté.

Répondant à une question sur la résolution du Parlement européen sur la situation en Algérie, M. Boukadoum a indiqué qu' »il y a certainement des attentions étrangères sur notre pays », ajoutant que « refuser toute intervention extérieure est dans notre ADN ».

« La résolution du Parlement européen a été choquante. Une insulte. Cela aurait été compréhensible si les manifestations avaient été violentes, sans discussions avec l’opposition, s’il n’y avait pas d’élections », a-t-il déclaré.