Botswana – Algérie ( ce soir à 20h00) : Belmadi : « Benzema ? J’ai Bounedjah, Slimani, Delort et Soudani, je suis très content d’eux »

lundi 18 novembre 2019 à 12:10
Source de l'article : Lebuteur.com

L’entraîneur national Djamel Belmadi a répondu à la presse algérienne présente sur place à Gaborone, mettant l’accent sur l’importance de terminer l’année invincible et tenter de revenir à la maison avec la totalité des points dans cette rencontre prévue ce soir face au Botswana à 21h heure locale (20h heure algérienne). « Hamdoulillah, on a eu un long voyage à effectuer, c’est pour cela qu’on a tenu à venir un peu tôt ici, pour pouvoir récupérer et s’acclimater ».

« On aurait aimé s’entraîner plus tôt pour permettre aux joueurs de bien se reposer »
Agacé un petit peu par cette volte-face des Botswanais qui avaient accepté de laisser la sélection nationale s’entraîner en premier avant de se raviser, Djamel Belmadi dira : « On aurait aimé s’entraîner plus tôt, ç’a été accepté mais au retour de la sélection du Botswana à Gaborone, ils ont subitement changé d’avis ce matin.  On aurait préféré s’entraîner plus tôt comme ça les joueurs auraient eu plus de temps pour manger et bien se reposer et récupérer, on avait convenu comme ça, mais bon… ».

« Chacun utilise les armes qu’il veut, mais on ne donne pas trop d’importance à cela »
Remonté visiblement, mais pas du tout déconcentré, Djamel Belmadi, qui ne mâche jamais ses mots lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts de son équipe avance : « Hier, avant le retour de leur équipe, on a convenu de commencer plus tôt, mais ils ont changé d’avis, c’est comme ça, on doit s’adapter.   Après, je ne veux pas parler de guerre psychologique, mais changer l’horaire de l’entraînement qui avait été accepté la veille peut un peu perturber un programme bien établi. Je ne trouve pas ça juste, mais bon, chacun utilise les armes qu’il veut, nous on prend acte de ce genre de manœuvres, hier oui, aujourd’hui non, mais bon on ne donne pas plus d’importance que ça, par contre ».

« Concernant le climat, ça peut aller, on m’avait annoncé des températures plus élevées »
Interrogé à propos du climat qui règne à Gaborone et des conditions climatiques dans lesquelles se jouera cette rencontre contre le Botswana, le sélectionneur national rassure à quelques heures du début du match : « Concernant le climat qui règne, je suis franchement agréablement surpris, on m’avait annoncé des températures un petit peu plus élevées, mais ça reste très bien pour le moment, pour l’instant il n’y a pas de soucis particuliers ».

« Je suis content des joueurs que j’ai »
Abordé au sujet de cette rumeur à propos de la possible convocation de Karim Benzema si ce dernier renonçait à la nationalité française, Djamel Belmadi, très lucide, dira : « Je n’ai pas compris votre question, si vous voulez que je vous réponde, eh bien, pour ma part, je dirais que pour l’instant j’ai  en place Bounedjah, Slimani, Delort et Soudani qui sont très bien avec nous et qui me donnent entièrement satisfaction, je suis très content des joueurs que j’ai ».

« La pelouse n’est pas pire que celles de la Gambie et du Bénin »
Apparemment, Djamel Belmadi ne prête pas trop attention à l’état du terrain et se veut quelque part rassuré à propos de cette pelouse difficile, il faut le dire, pour les joueurs algériens habitués à jouer sur des surfaces plus commodes à la pratique du football : « On nous avait dit aussi que la pelouse était pratiquement injouable, après ç’aurait pu être largement pire, on vient juste de voir ça. On peut dire déjà que ce n’est pas le top, mais je pense qu’on a connu pire, comme les pelouses des stades de la Gambie et du Bénin, c’était largement pire ».

« LA CAN est derrière nous, on s’est remis au travail depuis le stage du Bénin »
Voulant savoir comment il est arrivé à remobiliser ses troupes et maintenir ses joueurs concentrés  après un tel sacre et une grosse euphorie depuis la consécration des Verts à la CAN 2019, Djamel Belmadi affirme : « On a beaucoup insisté sur la nécessité d’oublier la CAN. On a commencé ce travail depuis le stage du mois de septembre avec ce match gala contre le Bénin. Malgré le fait qu’on avait célébré avec le public ce titre de champion d’Afrique, on s’est tout de suite remis au travail, j’insistais à ce que les séances se fassent dans un sérieux total. Après, c’est un truc qui n’est pas propre à l’Algérie. Regardez l’exemple de l’Allemagne, ils étaient champions du monde en 2014, mais en 2018 ils sont sortis au premier tour. Après, pour arriver à un résultat, il faudra mettre plein d’éléments.  Ça ne vient pas comme ça. Après, lorsqu’on joue à l’extérieur c’est tout simplement le résultat qui nous intéresse ».

« Terminer l’année 2019 sans défaite est une motivation de plus pour
nous »
Le coach de l’Equipe nationale compte bien motiver ses joueurs à finir l’année 2019 sur une bonne note et rester invincibles avant le prochain stage prévu en mars 2020 : « C’est vrai que c’est notre dernier match de l’année 2019, sincèrement je n’avais pas trop calculé ça, mais notre prochain match sera programmé le mois de mars 2020. Donc voilà, merci de m’avoir alerté, comme ça je vais le dire aux joueurs demain, ce sera une manière de les motiver. On aura certainement besoin de maintenir cette bonne dynamique, et notre souci est de rester performants ».

« Amrouche veut gagner ? C’est légitime, personne ne commence un match perdant »
Concernant l’ambition déclarée par l’entraîneur Adel Amrouche, sélectionneur du Botswana, le coach Djamel Belmadi, très serein, répond : « Chaque entraineur a des ambitions, c’est légitime de sa part, personne n’entame un match en étant perdant. Il a le droit, il s’organisera d’ailleurs en fonction de cela. Nous, de toute manière, on s’attend à un match difficile et compliqué, c’est une certitude, c’est comme ça, rien n’est facile ».

« On sait qu’une qualification à la CAN est un long chemin difficile et compliqué »
Avant de clore cette entrevue avec les journalistes, Djamel Belmadi dit rappeler à ses joueurs le devoir de bien négocier cette dernière sortie avant la fin de l’année pour finir le travail en beauté à Gaborone : « Une qualification en Coupe d’Afrique demande beaucoup de sacrifices, on a bien démarré ces éliminatoires de la CAN 2021, mais on sait que ça va être un chemin difficile. Pour notre part, on a remis les compteurs à zéro, ce qui est passé est passé, l’euphorie c’est fini, on est dans le travail et sur le bon chemin ».
Adel C.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
63 queries in 0,102 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5