Belmadi fidèle à son discours : «On ira en Egypte pour gagner le trophée»

lundi 15 avril 2019 à 10:58
Source de l'article : Lebuteur.com

Saïd F.

«On ne m’a pas compris quand j’ai dit que je préférais voir l’Afrique du Sud organiser la CAN plutôt que l’Egypte !»

Le sélectionneur national, Djamel Belmadi, a une nouvelle fois déclaré que l’objectif de la sélection nationale à la prochaine phase finale de la CAN qui aura lieu en Egypte cet été sera de  ramener le trophée à la maison. Interrogé par le média égyptien superkora, le coach national a, toutefois, admis que l’Algérie ne sera pas l’unique favorite pour ce tournoi continental : «L’Algérie aussi est l’un des favoris pour ce tournoi. On viendra en Egypte pour gagner le trophée. On donnera le maximum sur le terrain pour réaliser cet objectif même si ça ne sera pas une mission aisée.»

«Il y a plusieurs favoris pour la victoire finale»
Même s’il n’a pas caché une nouvelle fois son ambition de mener l’Algérie au sacre final, Djamel Belmadi, lucide, a reconnu que la concurrence sera rude cette année, d’autant plus que pour la première fois de l’histoire, le tournoi regroupera 24 nations et non pas 16 comme ce fut le cas auparavant : «Il y a beaucoup de sélections qui peuvent remporter cette CAN. Bien sûr, l’Egypte fait officie de grand favori. Ayant gagné à plusieurs reprises ce trophée, elle dispose d’une grande expérience dans cette compétition et jouera à domicile. Après, je peux citer d’autres favoris, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal et le Nigeria. Personne ne peut dire pour l’heure qui peut gagner cette CAN.»

«Toutes les équipes qualifiées se valent»
L’ancien sociétaire de l’Olympique de Marseille assure qu’à la CAN, il faudra prendre toutes les équipes au sérieux et surtout ne sous-estimer aucune : «Il n’y a pas d’équipe faible à la CAN. Toutes les sélections qualifiées se valent. On sait que tous les matchs en Afrique sont difficiles. Même les nations qui n’ont pas une grande histoire dans le football et qui n’ont rien gagné seront difficiles à battre. Il faut faire attention et se préparer en conséquence.»

«Je ne connais pas toutes les équipes»
Belmadi a enchaîné en admettant toutefois ne pas connaître parfaitement l’ensemble des 24 équipes qualifiées : «Bien sûr, je ne connais pas toutes les équipes qualifiées. Il y a eu de nouvelles sélections qui vont jouer la CAN pour la première fois, mais cela ne veut pas dire qu’elles sont faibles. Cette fois, il y a beaucoup d’équipes, je ne pourrai donc pas toutes les voir.»

«Le changement du calendrier est une bonne chose pour les joueurs»
En plus de se jouer avec 24 nations, la prochaine phase finale de la CAN se tiendra pour la première fois en été et non pas en hiver, comme cela était le cas par le passé. Un changement salué par le coach national : «C’est sûr que c’était un peu difficile de jouer cette compétition en hiver car les joueurs perdaient des matchs en club et c’est toujours compliqué. Les joueurs africains ont toujours eu des problèmes par rapport à cela. Les clubs européens réfléchissaient à deux fois avant d’engager un joueur africain. Maintenant, il n’y aura plus ce problème, même si cette fois-ci, il y aura le problème du climat, mais bon, on va accepter cela.»

«On ne m’a pas compris quand j’ai dit que je préférais voir l’Afrique du Sud organiser la CAN plutôt que l’Egypte !»
Avant l’attribution de cette 32e édition de la CAN, Djamel Belmadi avait affiché publiquement sa préférence à ce que l’Afrique du Sud soit désignée pour remplacer le  Cameroun dans l’organisation du tournoi. Cela a semble-t-il froissé nos amis égyptiens et a contraint Belmadi à expliquer ses propos : «Quand j’ai dit que je préférais que l’Afrique du Sud organise la CAN au détriment de l’Egypte, certaines personnes ont mal compris ce que je voulais dire, alors que mon message était pourtant clair. Je n’ai aucun problème avec l’Egypte, un pays frère en plus. J’ai surtout évoqué le climat, c’est tout. En Afrique du Sud, au mois de juin, c’est le début de l’hiver et du coup, c’est la meilleure période pour jouer au football.”

«Arrêtons la fitna entre l’Algérie et l’Egypte !»
10 ans plus tard, l’Algérie va retourner en Egypte pour disputer la CAN et oublier définitivement les évènements malheureux qui ont émaillé la rencontre entre les deux pays, pour le compte des éliminatoires de la Coupe du monde 2010. Belmadi a appelé à faire cesser la « fitna » entre les deux peuples : «On est des frères avant tout. Je me souviens que j’étais consultant pour beIN Sports, avant le match d’Oum Dourmane entre les deux pays. J’avais appelé tout le monde à ce que cesse la fitna. Ce n’est que du football et la meilleure équipe sur le terrain gagne et c’est tout.»

«On assistera à un grand tournoi cet été»
Enfin, le coach national a précisé que l’Egypte disposait de tous les moyens qui vont lui permettre de bien organiser cette CAN-2019 : «J’ai eu une bonne impression jusque-là du pays. On a été bien accueillis et tout s’est bien passé. Je pense qu’on assistera à un grand tournoi et tout sera bien réussi.»

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
61 queries in 0,617 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5