Belkalem : «J’espère qu’il y aura autre chose que Watford»

Belkalem : «J’espère qu’il y aura autre chose que Watford»

large-belkalem-parmi-lequipe-type-des-huitiemes-de-finale-b68be.jpgEmu et reconnaissant, tels sont les mots justes qui décrivent Essaïd Belkalem juste après le chaleureux accueil qui lui a été réservé par le public du stade du 1er-Novembre en marge d’un gala de Cheba Zahouania lorsque le wali de Tizi Ouzou l’a honoré. On a profité de ce moment pour avoir les impressions à chaud du héros de la défense de l’EN.

Les responsables de la wilaya et de l’APC de Tizi Ouzou vous ont chaleureusement honoré ce soir (ndlr : mardi soir), vos impressions… 

C’est un plaisir d’être honoré par le wali, devant le public de la JSK, de l’équipe nationale aussi. Franchement, je ne trouve pas les mots pour décrire ma fierté et ma reconnaissance, mais je leur dis quand même, respect, je vous remercie infiniment pour cet accueil, j’espère qu’il y aura d’autres succès qu’on fêtera là encore ensemble à l’avenir.

 

Le fait d’être récompensé ici à Tizi et surtout au 1er-Novembre donne un cachet spécial à cette cérémonie, n’est ce pas ?

Oui, exactement, je trouve ça merveilleux, c’est là avec la JSK que l’aventure a commencé, avant d’arriver là où je suis, avant de jouer une Coupe du monde. Aujourd’hui, je suis conscient de ce que j’ai accompli, j’ai honoré l’Algérie, j’ai honoré la Kabylie, il faut être reconnaissant envers ce club, et envers cette région qui m’a aidé depuis tout petit. Je remercie le bon Dieu de m’avoir permis de vivre de tels moments.

 

Vous n’avez pas été présent à la cérémonie de la wilaya d’Alger, vous voila honoré chez vous…

Je crois que tous les joueurs ont été honorés chacun dans sa région, c’est le plus important.

 

Vous avez été exceptionnel au Brésil, pourtant vous avez traversé des moments extrêmement difficiles avant de recouvrer votre niveau et de pouvoir participer à une telle compétition…

Personne ne pouvait prédire que j’irai au Brésil pour jouer cette Coupe du monde, alhamdoulilah, c’est grâce au bon Dieu déjà et des gens qui m’encourageaient. Parfois dans sa vie on traverse des périodes difficiles, c’est aussi ça la carrière d’un sportif, il faut avoir le moral et le cœur aussi pour atteindre les objectifs, et il faut toujours garder espoir, c’est l’essentiel.

 

C’était difficile d’atteindre les 1/8 de finale, est-ce que vous vous rendiez compte de ce que vous procuriez comme joie au peuple après chaque bon résultat ?

On savait dès le début qu’on avait une dette envers la nation et envers 40 millions d’habitants, je crois qu’on a fait les sacrifices qu’il faut, on a réalisé des choses inimaginables pour arracher ces succès et aller le plus loin possible dans la compétition.

 

Vous allez entrer prochainement dans les éliminatoires de la CAN, cette expérience du Mondial vous sera d’une grande utilité…

On a quand même un statut de mondialiste à défendre, on a montré de belles choses, donc on essayera de rester sur cette dynamique.

 

La pression risque de monter, vous allez être attendu et en même temps vous devrez remporter le trophée…

On ne doit pas se mettre la pression, mais on veut rester sur la même dynamique. Il faut attaquer les éliminatoires de la CAN avec la même envie et le même état d’esprit. Après, on tentera d’aller chercher la coupe au Maroc.

 

Le départ de Vahid ne risque-t-il pas de casser cette dynamique justement ?

Je ne veux pas entrer dans les détails, mais on remercie infiniment le coach pour le travail qu’il a fait. On est reconnaissant, car c’est grâce à lui qu’on a réussi en Coupe du monde, on lui souhaite une bonne continuation dans sa nouvelle mission dans son nouveau club.

 

Belkalem restera à Watford ou préfère-t-il partir ?

Pour le moment aucune, je n’ai pas encore tranché, mais espérons qu’il y aura d’autres choses, incha Allah.

 

Un mot sur le sacre de l’Allemagne ?

Je pense que c’est une sacrée équipe, elle a démontré que c’était une vraie équipe, l’Allemagne a toujours été une nation de football. Ils ont pris part à pratiquement toutes les Coupes du monde, ils sont arrivés plusieurs fois au bout, et je crois que vu leur prestation au Brésil, ils méritent largement leur titre.

 

Vous leur avez tenu quand même la dragée haute, n’est-ce pas une source de fierté en plus pour vous, en les regardant triompher en finale en plus avec la même difficulté contre l’Argentine que celle qu’ils ont rencontrée face à vous ? 

On en est content, car notre sortie n’a pas été face à une équipe faible, bien au contraire, on a joué face à une grande équipe qui a assez d’expérience, et des joueurs très expérimentés. Face à eux, on n’a eu aucun complexe, on s’est donnés à fond, on a fait de notre mieux pour sortir la tête haute et honorer les couleurs nationales.

 

Avec un peu de recul, qu’est ce qui vous a manqué finalement pour aller au-delà de ces 1/8 de finale ?

C’est le petit détail des grandes équipes, on a eu des occasions en première mi-temps qu’on aurait dû marquer, mais on a manqué d’efficacité. Que voulez-vous que je vous dise, c’est aussi ça le football, il faut être parfait au bon moment pour atteindre les exploits.

S. M. A.

«C’est l’efficacité qui nous a manqué face aux Allemands»

«J’ai honoré la Kabylie»

«On essayera de gagner la CAN»

Après une saison difficile à Watford

Belkalem veut changer d’air

Il y a une semaine, le Watford Observer avait écrit que le club local attendait des propositions pour un éventuel transfert de deux de ses joueurs, Diego Fabbrini et Essaïd Belkalem.

Donc se séparer du défenseur de l’EN Essaïd Belkalem existe bel et bien du côté du club anglais, qui n’écarte pas non plus de le voir rester une autre saison, en cas d’absence d’offres concrètes.

Avant-hier, en marge de la cérémonie organisée en son honneur, on lui a demandé s’il allait rester ou pas à Watford ? Belkalem, visiblement pas encore fixé sur son avenir et dépendant de plusieurs paramètres, a eu une réponse brève, mais qui en dit long sur son envie d’aller tenter une expérience ailleurs, peut-être même dans un autre pays : «Pour le moment, aucune, je n’ai pas encore tranché, mais espérons qu’il y aura d’autres choses, incha Allah.»

L’ancien joueur de la JSK espère donc d’autres choses, comme aller dans un autre club par exemple, car il faut dire que sa saison à Londres n’était pas réussie, il n’a pas beaucoup joué. Il doit une fière chandelle à Vahid Halilhodzic qui a cru en lui lorsqu’on a commencé à douter de sa capacité de jouer une compétition de haut niveau comme le Mondial dans les conditions qu’il présentait.

 

Les cartes seront redistribuées

Grace à un travail physique intense qui a commencé le 8 mai, il a pu revenir de loin, mais cette souffrance il ne veut pas la revivre, car avec un nouveau coach à la tête de l’EN, les donnes vont changer et les cartes seront redistribuées, et ce n’est sans doute pas à Watford que la mission de postuler à une place dans les plans de Gourcuff serait possible. C’est ce que semble se dire Belkalem en ce moment, d’où cette envie d’ailleurs manifestée sur la pelouse du stade qui l’a vu exploser ici au pays.

Pour le moment, le joueur de l’EN reste auprès des siens à Djemaâ N’Saharidj, où il profite d’un très mérité repos pour passer le Ramadhan avec la famille.

 

4e club en une année ?

L’année passée, il a été arraché en plein mois sacré au lendemain de sa participation au Mondial militaire de football pour aller signer à Udinese. Une année après, il s’apprête à connaître peut-être un 4e club. Les offres existent sans doute, mais, pour le moment, il n’y a rien qui plaise, la presse a évoqué l’intérêt de clubs brésiliens et argentins, mais il existe sans doute des pistes dans le Vieux Continent, que les différentes parties liées à cette équation vont se donner le temps de traiter avant de décider, car, faut-il le rappeler, l’avenir d’Essaïd est entre les mais de la famille Pozzo qui gère plusieurs clubs à la fois, dont Grenade, l’Udinese et Watford. Il n’est pas à écarter que l’ancien défenseur de la JSK atterrisse en Italie ou en Espagne, son statut a changé après avoir pris part au Mondial, et il ne présente plus les mêmes stats qu’il y a un an. Reste à savoir s’il y a de la place pour lui à Grenade ou à Udinese, ou même ailleurs, car l’éventualité de son transfert définitif vers un autre club reste plausible.

S. M. A.

 

Abdelkader Bouazghi (wali de Tizi Ouzou)

«C’est notre manière de dire merci à un homme très attaché à sa région» 

On a voulu honorer Belkalem, mais cet honneur est en réalité pour toute la sélection qui a honoré le pays et le football national, en se plaçant parmi les meilleurs sélections au monde.

Aujourd’hui, grâce à la wilaya, l’APW et l’APC de Tizi Ouzou, les notables de la wilaya, les anciens joueurs de la JSK ainsi que les citoyens, on a vu utile de donner quelques cadeaux au joueur. Certes c’était des cadeaux symboliques, mais je crois que le joueur va être content de ce geste, et qu’il a dû sentir que les habitants de la wilaya de Tizi Ouzou, grâce à leur présence, ont voulu lui dire merci Belkalem. Je suis sûr qu’avec ce que ce joueur nous  a montré au Brésil, il a un grand avenir devant lui, ça sera dans le futur un grand joueur international et je suis persuadé qu’il y a des équipes en Italie, en Allemagne  où ailleurs qui auront besoin de ses services, de cette expérience acquise dans une telle compétition. On l’a vu faire face avec courage à cette attaque d’enfer de la machine allemande qui est devenue championne du monde, et, incha Allah il aura une grande carrière, je le félicite une énième fois avec l’espoir de le retrouver une nouvelle fois pour fêter de nouveaux exploits. Je le félicite aussi, car j’ai remarqué qu’il est resté lié à la région, un vrai enfant de la Kabylie et de la JSK et ça se voit.»

S. M. A.

 

Ouahab Aït Menguellet (P/APC de Tizi Ouzou)

«C’est Belkalem qui nous a honorés et non le contraire»

«D’abord, je vous fais savoir que moi aussi je suis sportif, j’étais vice-président de la Fédération de judo, je crois qu’aujourd’hui ce n’est pas nous qui avons honoré Belkalem, mais c’est lui qui nous a honorés, il a honoré la région et le pays par sa conduite, par sa prestation. Je crois que des éléments comme Belkalem, on ne doit pas les oublier, on ne doit pas les occulter, mais les honorer, et c’est chose faite. Pour ce qui est de l’absence des dirigeants de la JSK, je préfère vous dire que moi je suis ici en tant que P/APC de Tizi-Ouzou, je suis là présent, les autres, je préfère ne rien dire là-dessus.»

S. M. A.

Un grand feu d’artifice, un tableau et un chèque pour Essaïd

Le wali d’Alger et Cima Motors avaient offert un dîner et des voitures à Halliche, Slimani et Djabou. Belkalem a, quant à lui, eu droit dans sa wilaya avant-hier à un accueil chaleureux de son public qui vaut de l’or, en plus des cadeaux de la wilaya et de l’APC. Il s’agit d’un chèque d’un montant avoisinant les 5 millions de dinars, un joli tableau, ainsi que d’un grand feu d’artifice allumé en l’honneur du joueur au moment où il recevait ses cadeaux, chose qui a illuminé le stade du 1er-Novembre et allumé le large public venu dire merci à Belkalem.

Le maillot du joueur signé par les Verts pour le wali

De son côté, l’ancien joueur de la JSK a remercié à sa manière le wali de Tizi Ouzou en lui offrant son maillot du Mondial floqué de son numéro 4, qu’il a pris le soin de faire signer par tous les joueurs, un maillot qui a visiblement fait le bonheur de Monsieur Bouazghi qui se souviendra longtemps de cette Coupe du monde 2014.