Assurance agricole: Un nouveau produit à la CNMA

Assurance agricole: Un nouveau produit à la CNMA

agriculture-02.jpgLa Caisse nationale de mutualité agricole envisage de lancer un nouveau produit visant une meilleure couverture des revenus contre les risques liés aux incertitudes de production et de prix des produits agricoles.

Ce nouveau produit devant être mis en place d’ici début 2012, fondé sur une diversification géographique des risques et qui constitue une réponse collective aux problèmes de gestion des fluctuations des recettes agricoles, se dénomme assurance revenu, a indiqué un responsable de la branche assurances à la CNMA.

L’assurance revenu, qui apparaît comme l’instrument de couverture « le mieux adapté à la gestion conjointe des incertitudes de production et de prix (des produits agricoles) », est destinée ainsi à protéger les agriculteurs contre une baisse trop importante de leurs recettes, précise le même responsable.

S’agissant des modalités de recouvrement de cette assurance en cas de sinistre, une indemnité par hectare et par culture est versée « lorsque la recette individuelle et la recette agrégée calculée dans une zone géographique sont inférieures au seuil critique fixé auparavant d’un commun accord entre l’agriculteur et la Caisse », a-t-il expliqué.

L’introduction de cette nouvelle garantie constitue, d’autre part, une réponse à « la faiblesse » du système algérien d’assurance agricole et dont les actions sont jusque-là limitées à la protection contre des sinistres comme la grêle, l’incendie et la mortalité du bétail, souligne M. Benhabiles.

Cette assurance revenu vient s’ajouter à la panoplie de produits proposés par la branche assurance de la CNMA à l’adresse des agriculteurs. A cet effet, cette nouvelle garantie permettra, d’après ses initiateurs, d’assurer « la pérennité des exploitations de couvrir au minimum les charges de production ».

Devant être accessible au plus grand nombre d’exploitants, la souscription à cette prime bénéficiera d’une subvention de l’Etat, ce qui rendra son coût financier « modique et peu considérable » afin d’inciter les agriculteurs et éleveurs à y adhérer. Fin mai dernier, la CNMA avait annoncé qu’elle allait signer des conventions avec des producteurs de lait pour élaborer des produits d’assurance adaptés à leurs exigences.

Lamia S.