Arnold Schwarzenegger à Alger, »L’eau n’a pas de couleur politique »

Arnold Schwarzenegger à Alger, »L’eau n’a pas de couleur politique »

1011916_459237267441860_1695823208_n.jpgPremier ministre Abdelmalek Sellal et l’ancien gouverneur de l’Etat de Californie

Schwarzenegger a ajouté, qu’à l’image de son rôle de Terminator dans le cinéma hollywoodien, il a à coeur de mener son combat pour l’environnement, mais cette fois dans la vie réelle.

L’ancien gouverneur de l’Etat de Californie et fondateur de l’organisation non gouvernementale R20, Arnold Schwarzenegger, a paraphé, hier à Alger, un accord-cadre de partenariat entre le R20 et la wilaya d’Oran qui va placer cette dernière au coeur d’un programme pilote d’économie verte visant à mettre en place, dans un avenir proche, un mode de gestion «Zéro déchet». Le protocole de signature a eu lieu au siège du Palais du gouvernement en présence de Amara Benyounès, ministre de l’Environnement et du Premier ministre, Abdelmalek Sellal. L’événement a été immédiatement suivi par une conférence de presse qu’a animée l’hôte américain à l’hôtel El Aurassi. A la faveur de cette dernière, Schwarzenegger a expliqué les grandes lignes de son initiative en rappelant que son combat pour l’environnement obéit à ses convictions personnelles dont celle qui dicte de «faire le bien où que l’on se trouve».

Le R20, ONG internationale fondée en 2010 avec l’appui des Nations unies, vise ainsi sur le modèle du G20, le rassemblement des 20 régions les plus importantes et les plus représentatives du globe, «afin de développer et mettre en place des projets durables au niveau régional, neutres en carbones, mesurables et démultipliés à large échelle». «Désormais, l’Algérie bénéficie de l’appui et de l’apport en expertise de cette ONG en matière de gestion, de collecte, de traitement et d’enfouissement des déchets ménagers», a précisé, pour sa part, Amara Benyounès. Le R20 permettra, par ailleurs, d’attirer le savoir-faire des sociétés mondiales les plus compétentes en matière de lutte contre la pollution et doter de la sorte Oran de tout ce dont elle a besoin pour relever avec succès le nouveau challenge auquel elle est appelée. Une fois entamée, cette expérience sera plus tard élargie aux autres wilayas du pays, n’a pas manqué d’assurer M.Benyounès qui a affirmé que l’adhésion de la wilaya d’Oran au R20, en tant que pôle méditerranéen et son statut de région vice-présidente pour l’Afrique du Nord, de même que la présence de Arnold Schwarzenegger à Oran, sont significatifs de la volonté de l’Algérie d’investir dans la croissance verte et de soutenir un développement écologique responsable.

Schwarzenegger a, par la suite, ajouté qu’à l’image de son rôle de Terminator dans le cinéma hollywoodien, il a à coeur de mener son combat pour l’environnement, mais cette fois dans la vie réelle. «Faire des films est un tremplin pour la vie réelle. Nous avons à affronter des problèmes concrets dont sont victimes des milliers, voire des millions de personnes de par le monde, et ceci relève de la responsabilité de tous!» a-t-il déclaré. «J’ai eu à travailler très fort sur moi, or, le plus important maintenant consiste à travailler très fort sur nous-mêmes en tant que collectivité. Ceci est d’autant plus crucial qu’un litre d’eau sera certainement plus cher qu’un baril de pétrole dans un proche avenir. L’eau n’est ni de gauche ni de droite, elle n’a pas de couleur politique et il est de notre devoir de la préserver», a-t-il annoncé en invitant à «terminer» c’est-à-dire achever la pollution.

L’accord-cadre qui a été signé hier trace des perspectives très prometteuses pour la wilaya d’Oran et pour l’Algérie pour les trois prochaines années.

Ce programme se répartit en cinq volets. Il permet, notamment à la wilaya d’Oran d’adhérer au R20 et de faire valoir son statut de région vice-présidente pour l’Afrique du Nord. Il lui offre également l’occasion de rayonner à l’échelle internationale grâce à l’accueil d’événements de grande envergure dans le cadre du R20.

Par le truchement de cet accord-cadre, une cartographie regroupant l’ensemble des sources émettrices de déchets pourra être établie avec, à la clé, des solutions appropriées.

Figurent aussi les mécanismes de conception et de concrétisation de solutions vertes utilisant des opportunités technologiques et des montages financiers et institutionnels proposés par le R20 et enfin les opportunités de formation fournies aux techniciens, ingénieurs et responsables locaux et nationaux. C’est là l’occasion pour organiser une transition souple vers l’économie verte en révolutionnant les pratiques en matière de gestion environnementale.

Cette démarche charriera la création d’emplois verts et une plus grande efficacité énergétique des bâtiments et la généralisation de l’éclairage public en utilisant des lampes à basse consommation.