ArcelorMittal : La crise continue à El Hadjar

ArcelorMittal : La crise continue à El Hadjar

08_276597155.jpgJuste après sa rencontre avec les 2 secrétaires nationaux dépêchés par la Centrale syndicale et mandatés par Sidi Saïd, venus écouter les 2 parties en conflit (M. Aïssa Menadi, député et secrétaire général du syndicat ArcelorMittal, et son adjoint, M. Kouadria Smaïn), ce dernier a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a informé les représentants de la presse nationale sur la situation. Il commencera d’abord par rappeler les derniers développements de ce conflit avant d’aborder la teneur des discussions qu’il avait eues avec les secrétaires nationaux, MM. Hemarnia et Adjabi, officiellement désignés pour trouver une voie de sortie à ce conflit qui menace la stabilité économique de toute la région.

Il dira que ces derniers devaient rencontrer M. Menadi avec lequel ils avaient pris rendez-vous mais, à leur arrivée sur les lieux, on les a informés qu’il était parti pour Alger. Sa rencontre avec les 2 envoyés de la Centrale a été l’occasion pour lui de dénoncer les agissements et comportements contraires aux statuts et règlements de l’UGTA qu’il ne respecte pas. Exhibant des documents, il nous montrera des décisions signées par le secrétaire général du syndicat qui est aussi secrétaire général de l’union locale UGTA de Sidi Amar par lesquelles il désigne des secrétaires généraux de sections syndicales sans passer par les urnes.

Il présentera d’autres documents par lesquels le même secrétaire général exclut des élections les représentants syndicaux des Directions régionales Ouest, Centre et Est. «Ces documents sont en possession des 2 secrétaires nationaux et seront transmis à la Centrale syndicale, lance-t-il, Nous nous sommes entendus avec les 2 envoyés de la Centrale sur la dissolution de toutes les sections syndicales élues le 21 septembre 2008 parce que entachées d’irrégularités, les travailleurs ne veulent plus d’eux.

De nouvelles élections seront organisées au plus tard 10 jours avant le 1er juillet pour permettre au syndicat d’aller en toute légitimité aux négociations prévues avec l’employeur.» Le point crucial et qui a été pour beaucoup dans le conflit est celui de la candidature de M. Menadi ; ainsi celui-ci ne pourra pas se présenter aux élections du fait qu’étant député, sa relation de travail est suspendue et donc rien ne le lie plus aux travailleurs du complexe. De son côté, M. Kouadria, désigné porte-parole des travailleurs, a pris l’engagement de veiller pendant toute cette période au fonctionnement normal du complexe et à sa stabilité. Il nous dira que l’UGTA ne peut aller contre la volonté des travailleurs et qu’il n’est pas question pour elle de laisser l’un de ses bastions se dégrader.

Devant le siège du syndicat, des centaines de travailleurs attendaient l’intervention de M. Kouadria qui fut accueilli par un tonnerre d’applaudissements. «Nous avons gagné, toutes vos revendications ont été satisfaites, nous allons maintenant aller de l’avant, veillons à la stabilité de notre usine et travaillons encore plus pour augmenter la production, j’ai pris un engagement en votre nom et nous devons le tenir ensemble !» Youyous et vivats fusaient de partout et les travailleurs visiblement satisfaits de la tournure qu’ont pris les événements se sont dépêchés de rejoindre leurs unités afin d’informer ceux de leurs collègues qui devaient prendre leur poste.