APC d’Arzew : des élus dénoncent la mauvaise gestion du maire

APC d’Arzew : des élus dénoncent la mauvaise gestion du maire

2013-06-Arzew_767139793.jpgUn bon de commande a été délivré à un pépiniériste par l’APC d’Arzew pour l’acquisition de 3000 arbustes et autres rosiers pour l’ornement des espaces verts à l’occasion de la journée nationale de la ville (20 février 2013). Le bon de commande d’une valeur de 579 millions de centimes, a été délivré et perçu d’une façon illégale:

1) sans le visa du contrôleur financier.

2) sans délibération de l’APC.

Pire, la marchandise n’a pas été réceptionnée par le magasinier. Selon la déclaration des 07 élus, notamment les élus du parti de l’UFDS issus de la même liste de l’actuel P/APC avec 10 sièges en compagnie de ceux de liste indépendante de l’ex-P/APC ont rendu un communiqué dans lequel nous pouvons lire : « Nous, élus de la commune d’Arzew, dénonçons énergiquement l’état chaotique dans lequel patauge notre commune, et nous condamnons vigoureusement les pratiques vicieuses et diaboliques du maire ». Selon ces élus de l’opposition que nous avons contactés : « Sept mois après l’installation officielle de l’Assemblée populaire communale, la situation générale reste inchangée. L’absence totale de transparence dans la gestion des affaires communales est érigée en mode de gestion ».

Les élus de l’opposition révèlent aussi, que «la répartition du budget dans le cadre des programmes communaux de développement (PCD) s’est effectuée sans passer par l’assemblée. Le maire a encore bafoué toutes les règles démocratiques et s’est comporté en solo». Ils ajoutent: « Malgré notre insistance de répartir toutes les aides sociales (habitat rural, AFS, Dais, aides dans le cadre des intempéries… ) en toute transparence, le maire s’entête à gérer dans l’anarchie et l’opacité totale (…), pis encore, aucune voie de recours n’est offerte au citoyen pour faire valoir son droit ». Par ailleurs, ils citent entre autres le détournement du bon de commande d’une valeur de 579 millions cts attribués à un chef d’entreprise pour la fourniture et la plantation des 3000 arbustes n’ont vu le jour. Le tout avec la complicité de 32 mis en cause qui ont été auditionnés par les enquêteurs. Les auditions ont révélé l’encaissement de la fourniture fantôme, sans l’avis ni le visa du contrôleur financier, comme le stipule la réglementation en vigueur. L’on se demande qui est derrière ce détournement hormis de hauts responsables au niveau de la wilaya et qui ont magouillé avec l’actuel P/APC pour ne pas citer de nom.

Cependant, la responsabilité incombe à l’ordonnateur principal qui est le maire. Pis encore, la fourniture des 3000 arbustes n’a pas fait l’objet de réception par le magasinier ni encore moins une délibération de l’ensemble des élus pour justifier les dépenses des 579 millions de cts. Les élus relèvent en fait que « la situation est catastrophique ». Et d’ajouter : « Notre commune a dégagé pour l’exercice 2012 un excédent financier à coup de milliards, alors que la situation dans les villages d’El Mohgoun, Cap Carbon, la cité des complexes et celle de l’Emir Abdelkader, reste lamentable (des routes délabrées, des écoles en mauvais état, des foyers sans assainissement…). Sans oublier en matière de rentrées, « l’excédent des fonds spéciaux et de fonctionnement qui se chiffre à des centaines de millions de dinars ». Les élus soulignent que « cette mauvaise gestion du maire d’obédience UFDS est poussée à l’extrême. Il consomme l’argent destiné aux villages et quartiers dans des secteurs à l’indicatif des directions de la wilaya ». Ils donnent l’exemple de gestion de la fameuse formule du T.C.O (Tableau comparatif des offres) qui est appliqué pour les attributions abusives des bons de commande qui se chiffrent à coups de milliards, en contradiction avec la circulaire du wali d’Oran Abdelmalek Boudiaf en date du 7/11/2010 leur interdisant l’application de cette fameuse formule avec un avis d’arrêt immédiat de ladite commission du T.C.O. A contrario, cette dernière est toujours appliquée dans ces genres de transactions douteuses. Pour ainsi dire, cette deuxième ville phare d’Algérie, Arzew, est paralysée depuis plus de sept mois jusqu’à ce jours elle n’a pas encore pu se relever de ses problèmes purement d’intérêt personnel à cause des magouilleurs qui veulent imposés leur dicktat avec ces détournements et dilapidations des deniers publics. Nos interlocuteurs révèlent des pratiques insidieuses envers les élus qui trouvent d’énormes difficultés pour l’accès à l’information et à la documentation : « Les situations de la commune sont mal données volontairement sans citer les dépassements délibérés dans la rédaction des PV de réunion et les installations des membres des commissions à l’image de celle de Bekara Kouider, membre de la commission T.C.O et occupe la fonction de magasinier. Comme dit le dicton « Errachem Hmida Ou laab Hmida, bien que cette importante mairie devait être une maison du peuple, l’actuel maire avec la complicité des pouvoirs publics qui ferment l’œil sur l’ensemble des dépassements a fait d’elle une propriété privée… ».

Concernant l’ouverture d’une enquête sur le détournement des 3000 arbustes, l’on nous informe qu’un responsable de ladite commune avait recruté un jardinier pour la plantation de quelques arbustes durant la nuit malheureusement ce dernier a fait l’objet d’une arrestation et l’enquête diligentée par les éléments de la sûreté de daïra d’Arzew a révélé le détournement et l’affaire est actuellement entre les mains de la justice qui va statuer dans les prochains jours. Pour conclure, il faut bien signaler que le 1er et le 2e vice-président du parti UDFS ont été écartés par le maire et remplacé par d’autres élus issus d’autres formations.

Affaire à suivre

H. Medjadji