alors que l’aadl a entamé depuis hier l’opération des rendez-vous pour les souscripteurs de 2001 le flou sur le nombre réel des concernés refait surface

alors que l’aadl a entamé depuis hier l’opération des rendez-vous pour les souscripteurs de 2001  le flou sur le nombre réel des concernés refait surface
AADL-El-Achour-21.jpgL’opération de fixation de rendez-vous par l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL) pour les souscripteurs de 2001, entamée hier, n’a pas tranquillisé les concernés qui disent ignorer encore le nombre exact des personnes à convoquer.

Ils se sont présentés hier, par dizaines, à la direction générale de l’agence, car ils s’inquiètent déjà au sujet de la date de leur rendez-vous puisque pour les souscripteurs qui ont déposé leur dossiers durant la journée du 18 août 2001, les rendez-vous s’étalent du 28 janvier 2013 au 5 mars.

Les rendez-vous pour les autres seront encore plus loin, ont-ils fait remarquer. Depuis hier, premier jour du lancement de l’opération de convocation pour actualiser les dossiers, les souscripteurs de 2001-2002 ont lancé un appel au directeur général de l’AADL, Lyes Benidir, pour communiquer le nombre exact de dossiers des postulants au logement.

Le site internet de l’AADL indique que le nombre des souscripteurs pour la seule journée du 18 août 2001 est de 10 732 alors qu’auparavant, le directeur général, Benidir, avait avancé que le nombre des souscripteurs pour la période 2001-2002 est de 27 000. Selon M. Benmensour, délégué des souscripteurs, le nombre des souscripteurs pour la période du 18 août au 31 décembre 2001 s’élève à 47 000.

«Actuellement, on nous avance que le nombre de souscripteurs éligibles non honorés est de 142 000», nous a indiqué hier Mourad Ouanighi, délégué des souscripteurs. Il ajoutera que l’agence a fixé des rendez-vous même pour les souscripteurs dont les dossiers sont bloqués pour un quelconque motif. Selon lui, les rendez-vous fixés pour les seuls souscripteurs du 18 août 2001 s’étalent jusqu’au 5 mars, alors que le directeur général avançait que l’actualisation des dossiers de l’ensemble des souscripteurs s’achèvera à cette date.

«Ce qui est finalement impossible», estimera M. Ouanighi, appelant le directeur général à communiquer et rassurer les souscripteurs qui se sont présentés hier par dizaines à la direction générale pour s’informer de l’éventuelle date de leur rendez-vous. Malgré les multiples déclarations de M. Benidir, ils ne sont pas sûrs de bénéficier d’un logement.

En l’absence d’interlocuteurs directs à l’AADL, ils se sont rabattus sur les délégués pour s’informer de la suite qui sera donnée au nouveau programme AADL. Malgré la pluie et le froid, des dizaines de personnes sont restées pendent plusieurs heures à attendre devant le portail de l’agence, guettant la moindre information.

Dans la grande cour de l’agence, plusieurs chapiteaux ont été installés pour accueillir à partir du 28 février les souscripteurs à raison de 400 personnes par jour, alors qu’il était prévu préalablement de recevoir une moyenne de 200 par jour. Mais, même à ce rythme, il sera difficile de clore l’opération d’actualisation des dossiers d’ici mars prochain, a prédit M. Ouanighi.

Karima Sebai