Algériens fuyant l’Ukraine : un responsable au MAE fait le bilan

Algériens fuyant l’Ukraine : un responsable au MAE fait le bilan

Depuis le début de l’invasion russe, le 24 février, plus d’un million de réfugiés ont déjà fui l’Ukraine.

Selon le communiqué du Haut-Commissaire pour les réfugiés, 1,2 million de personnes ont fui l’Ukraine. A cause de la situation très critique de ce conflit, beaucoup de ressortissants algériens ont décidé de se diriger vers les frontières pour accéder aux pays voisins.

Abdelhamid Abdaoui, directeur de la communication et de l’information au ministère des Affaires étrangères a révélé le nombre d’algériens ayant franchi la frontière, s’élève à 1400 personnes.

La traversée des algériens a été périlleuse et les conditions assez défavorables. Le manque de nourriture et d’eau accentués par un froid glacial se sont fait sentir.
Livrés à eux même au début du conflits certains algériens ont dû se débrouiller pour rejoindre les frontières, dans certains cas à pied et dans d’autres en contrepartie de grosses sommes.

Depuis, les ambassades algériennes présentes dans ces pays ont pris l’initiative de faciliter les choses pour les ressortissants algériens. Les responsables seraient mobilisés au niveau des frontières pour faciliter le passage des membres de notre communauté vers la Roumanie, la Hongrie et la Pologne.

Le ministère des Affaires Etrangères et de la Communauté Nationale à l’Etranger avait assuré la mise en place d’une cellule spécialisée, il a affirmé avoir « mobiliser des moyens humains et matériels pour le suivi des algériens qui se trouvent en Ukraine où l’ambassade d’Algérie s’emploie à assurer des interactions directes et indirectes avec nos compatriotes se trouvant dans différentes régions ».

Certains algériens ont déjà été rapatriés

Ramtane Lamamra, le ministre des affaires étrangères a accueilli 76 algériens qui étaient bloqués à l’étranger et qui sont arrivés en Algérie ce jeudi 3 mars 2022. Le vol d’Air Algérie en provenance de Bucarest, capitale de la Roumanie ne serait que le premier et quatre autres sont encore prévus.

Il a néanmoins été souligné que ce dispositif n’est pas obligatoire, et que certains algériens auraient même refusé de revenir sur le territoire algérien pour cause d’obligations professionnelles ou même le retour prochain aux universités.

Les intéressés par ce rapatriement  peuvent quant à eux prendre attache avec les autorités compétentes en Roumanie par le biais d’un un numéro vert :  00 40 21 314 45 65 et d’une adresse mail : ambalgeria@ambasada-algeriei.ro