Textile,Vers la relance du secteur

Sunday 25 August 2013 à 9:15
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

225x210-Textile.jpgUn plan de relance du secteur national du textile sera lancé prochainement, annonce le ministre de l’Industrie, Cherif Rahmani. Ce plan permettra-t-il, ce faisant, aux fabricants publics et privés algériens de reconquérir les 95% de parts de marché perdues durant les décades écoulées ?

Inscrit dans le cadre de la relance des filières industrielles manufacturières, le développement du secteur national du textile bénéficie d’une nouvelle impulsion. Jeudi dernier, le ministre de l’Industrie, de la Pme et de la Promotion de l’investissement qui était l’hôte de M’sila a indiqué qu’un plan de relance de la filière textile sera lancé prochainement. «L’Algérie annoncera dans les prochaines semaines, le départ effectif et réel de l’industrie dans le domaine du textile», déclarait Cherif Rahmani.

Ainsi, le gouvernement donne le starter à la relance effective sur le terrain d’un secteur, naguère l’un des pivots avec les hydrocarbures du développement économique du pays mais qui a cependant enregistré un déclin avéré durant les trois dernières décades.

Une dynamique a été déjà lancée

Certes, un dispositif de relance du textile et des cuirs a été impulsé depuis plus de deux ans, en termes d’appui à la modernisation, assainissement financier et encouragement de l’investissement productif et du partenariat.

Des tentatives, des moyens ont été mobilisés en ce sens, la filière bénéficiant d’une enveloppe de plus de 2 milliards de dollars dont 40 à 45% seulement ont été consommés à l’heure actuelle. Comme des projets de partenariats avec des opérateurs étrangers notamment turcs ont été lancés. Néanmoins, des projets attendent d’être concrétisés réellement sur le terrain, relève le secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs du textile et du cuir (FNTT/UGTA), Amar Takdjout, rétif aux effets d’annonce. Exprimant une satisfaction mesurée, relativement optimiste quant à la dynamique évoquée par Cherif Rahmani, le dirigeant de la FNTT ne manque pas toutefois d’exprimer son inquiétude quant à la concrétisation effective sur le terrain des engagements annoncés, à la possibilité de dépasser le stade des intentions.

Tant les pouvoirs publics que les opérateurs nationaux du secteur pourront-ils, s’impliqueront-ils effectivement, volontairement ? Un enjeu majeur, d’autant qu’il s’agit pour les opérateurs publics et privés de reconquérir quelque 95% de parts de marché national perdues durant les décades écoulées, note Amar Takdjout, au profit de l’importation.

L’enjeu en question

Pour un marché de 500 millions de mètres linéaires, les fabricants nationaux ne transforment actuellement que 25 millions de mètres linéaires seulement.

Notons ce faisant que les industriels algériens transformaient 200 millions de mètres linéaires durant les années 1970 et 1980, dominant le marché domestique à plus de 70%. Notons également qu’une centaine d’entreprises ont été «détruites» durant les dernières décades, soit des pertes tant infrastructurelles qu’en termes de ressources humaines. Actuellement, l’Algérie ne dispose que d’une cinquantaine d’entreprises publiques et quelques sociétés privées dont certaines d’envergure grande ou moyenne.

Relevons également que les capacités de formation qualifiante, notamment dans l’ingénierie et la maintenance, font défaut depuis plus de 30 ans, nombre d’instituts ayant été fermés selon Amar Takdjout. Au-delà des difficultés, des contraintes logistiques et financières (bancaires, fiscales et parafiscales) dont certaines ont été surmontées pour nombre d’entreprises, le problème de la relance du textile nécessite cependant une approche, une démarche optimisée.

Quelle approche idoine ?

En ce sens, le dirigeant de la FNTT estime opportun de mettre en place une cellule d’experts, composées notamment des compétences mises à la retraite et des cadres des entreprises fermées, en vue d’accompagner le processus de relance, dresser l’état des lieux, définir des actions… Il ne s’agira pas de confier le management, la gestion entrepreneuriale à ces retraités, ces «anciens», précise M. Takdjout, mais de profiter de leur expertise, leur technicité.

Il s’agira également pour les entreprises du textile de s’engager résolument à relever le défi de la reconquête du marché, les «obliger» à améliorer leurs performances au moins sur le moyen terme. «Si elles (les entreprises du textile) arrivent à récupérer 20% de parts de marché, ce serait un résultat appréciable», considère ce syndicaliste. Il s’agirait en effet pour les opérateurs domestiques d’arriver, à terme, à transformer quelque 100 millions de mètres linéaires et créer quelque 25 000 postes d’emploi. Comme il s’agira pour les fabricants de chaussures, le marché domestique consommant 70 millions de paires, d’arriver à fabriquer 20% au moins à moyen terme.

Ce qui permettrait de réduire considérablement le recours à l’importation et de relancer l’activité domestique, relève-t-on. Notons ainsi que les fabricants locaux ne produisent actuellement que moins d’un million de paires de chaussures. L’opportunité également de créer encore 25 000 postes d’emploi dans cette sous-filière. Soit 50 000 emplois directs nouveaux dans le secteur du textile, une activité qui employait quelque 250 000 travailleurs durant les années fastes. Autre condition, mettre en place des dispositifs d’évaluation, développer «la culture du bilan», dira Amar Takdjout, soucieux d’une démarche basée sur l’évaluation, la fixation d’objectifs et de résultats à atteindre. En ce sens, le représentant syndical interpelle les pouvoirs publics sur la nécessité d’être «regardant sur ce qui se fait sur le terrain», d’œuvrer à bien prendre en charge l’élément humain…

La dynamique annoncée par Cherif Rahmani répondra-t-elle à ces considérants, ces conditions ? Attendons que l’ouvrage s’achève.

C. B .

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
63 queries in 2.608 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5