Leur syndicat menace à nouveau ,Postiers : retour vers la grève ?

Tuesday 27 August 2013 à 9:32
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

poste-ph-amine-b-2.jpgLes postiers ayant gelé leur mouvement de protestation, jeudi, risquent de renouer très vite avec la contestation. Le Syndicat national autonome des postiers (Snap) conteste l’opération des versements des rappels et l’exclusion des représentants des travailleurs dans les travaux de la commission chargée de l’application de la convention collective. Il accorde à la tutelle un délai de dix jours pour régler le problème.

L’accalmie n’a pas duré longtemps à Algérie Poste. Le secteur risque une nouvelle fois une paralysie. Alors que les bureaux de poste ont repris le travail jeudi après une semaine de protestation, voilà que le Snap brandit encore la menace de grève. La direction d’Algérie Poste pensait pourtant mettre fin à la crise en procédant, dimanche, au versement de la deuxième tranche des rappels de 2008. Les 32 000 salariés de la poste devaient toucher une somme de 30 000 dinars chacun. Une décision qui a, cependant, provoqué l’effet inverse. Le Syndicat national autonome des postiers s’est en effet insurgé contre la procédure d’application des versements la qualifiant même «d’une provocation flagrante».

La manière du versement, selon le Snap, est «anarchique». Mourad Kechad président du syndicat estime que le «versement de la deuxième tranche s’est fait avec les mêmes erreurs que le premier versement».

Et pour cause, explique le syndicaliste, un grand nombre de travailleurs ont été privés de ces rappels tandis qu’ils ont été versés à des personnes «qui n’y ouvrent pas droit». «La direction a versé cette deuxième tranche aux nouveaux salariés tandis qu’elle a exclu les retraités, les travailleurs décédés, ceux qui sont en congé de maladie et toute personne ayant rompu leur relation de travail avec l’entreprise en juin 2013, pourtant ils ont travaillé sans interruption de 2008 à 2012» dénonce le syndicaliste.

M. Kechad dénonce également la non-levée des sanctions contre les grévistes dans certains bureaux de poste.

Pour rappel, les postiers ont déclenché, mercredi 14 août, un mouvement de grève illimité pour demander l’application de l’effet rétroactif des augmentations de salaires à compter de 2008, l’application de la nouvelle grille des salaires à compter du mois de janvier dernier, l’amélioration des conditions de travail ainsi que l’attribution de la prime annuelle des travailleurs.

Après un blocage d’une semaine, le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication a réagi en mettant en place un groupe de travail chargé de l’application de la convention collective de l’entreprise.

Le Snap souligne, cependant, que ni un représentant du syndicat ni celui des travailleurs n’ont pris part à cette commission. Le syndicat de l’entreprise affilié à l’UGTA, explique le Snap, qui participe par contre aux travaux «ne peut pas représenter les travailleurs du fait qu’il s’est démarqué de cette grève».

Le Snap estime que seuls les travailleurs, ayant lutté pour arracher leurs droits socioprofessionnels ont le droit d’être associés à ce dossier.

Le syndicat accorde, ainsi, un délai de dix jours à la tutelle pour intervenir et mettre fin «à cette mascarade». Autrement, les postiers vont recourir à la protestation.

Deux jours à peine que les travailleurs ont repris le travail, au grand bonheur des clients détenteurs de comptes CCP qui ont pris d’assaut les bureaux de poste, voilà qu’un nouveau bras de fer se profile.

Les clients d’Algérie Poste ne sont désormais pas au bout de leur peine.

S. A.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
63 queries in 5.617 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5