Algérie-Tunisie: accorder un "intérêt accru" au tourisme et à l'artisanat

samedi 25 décembre 2010 à 21:26
Source de l'article :

alg-tunisie_com.jpgLe ministre délégué chargé des affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel a appelé samedi la commission de suivi algéro-tunisienne à accorder un intérêt accru aux secteurs du tourisme et de l’artisanat.

« Partant de notre conviction commune et nos ambitions complémentaires, nous sommes appelés en tant que comité de suivi à évaluer les secteurs qui ont été définis comme prioritaires lors des précédentes réunions et à leur conférer l’intérêt requis », a indiqué M. Messahel lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de la commission de suivi qu’il a co-présidée avec son homologue tunisien Abdelhafid El Hargam. M. Messahel a cité en tête de ces secteurs le tourisme et l’artisanat « qui n’ont pas beaucoup évolué depuis 2006 », a-t-il dit.

Il a également appelé les membres de la commission à s’intéresser à d’autres secteurs « non moins importants », dont, a-t-il précisé, le transport, les petites et moyennes entreprises, les technologies de l’information et de la communication, la recherche scientifique, l’agriculture et le renforcement de la coopération en matière de ressources humaines.

Pour le ministre délégué, ces secteurs « sont encore en deçà des ambitions des deux parties eu égard aux moyens dont disposent les deux pays et à leur désir d’asseoir des relations stratégiques complémentaires ». M. Messahel a, à cette occasion, salué les efforts déployés par les deux parties concernant « l’actualisation de l’accord d’établissement signé entre les deux pays en 1963″, affirmant que l’Algérie et la Tunisie oeuvreront à dépasser les difficultés aux fins d’arriver à un nouvel accord qui garantira davantage d’acquis pour les citoyens des deux pays en matière de résidence, de circulation, d’emploi et d’accès à la propriété ».

Il a affirmé, également, « l’entière disponibilité de l’Algérie à lever les contraintes et à pallier aux insuffisances susceptibles d’entraver le processus de coopération », ajoutant que « ceci est possible tant que la volonté existe et les orientations des premiers ministres des deux pays sont claires ».

M. Messahel a exprimé son souci de voir les deux parties arriver à des propositions « utiles » sur les différentes questions « au titre de contribution au succès des travaux de la 18éme session de la grande commission mixte et pour la promotion de la coopération entre l’Algérie et la Tunisie ».

Par ailleurs, le ministre délégué a précisé que la réunion ce samedi de la commission de suivi s’inscrivait dans le cadre de la préparation de la 18éme session de la grande commission mixte de coopération dont les travaux débuteront demain dimanche et qui sera l’occasion de « passer en revue les dossiers inscrits aux travaux de cette session et d’évaluer les réalisations effectuées dans différents domaines depuis la précédente réunion du comité de suivi en août 2009 ».

La grande commission mixte, a-t-il poursuivi, procédera lors de sa 18éme session à « l’évaluation de la coopération bilatérale et à la révision de certaines décisions tout en les orientant dans le sens des intérêts communs des deux pays et en permettant à certains secteurs de concrétiser leurs objectifs ». Cette session, a-t-il souligné, sera « l’occasion de revoir le processus de coopération entre les deux pays notamment dans le domaine de l’investissement, du partenariat, de l’énergie sous toutes ses formes, des échanges commerciaux et des moyens de les hisser à un niveau supérieur et de développer leurs contenus ».

A cette occasion, M. Messahel a annoncé l’entrée en vigueur de l’accord commercial préférentiel signé en 2008 entre l’Algérie et la Tunisie, lors de la 17eme session de la Grande commission mixte, réitérant son appel en direction des experts des deux pays « en vue d’accélérer la finalisation de la révision des listes détaillées annexées à l’accord notamment celles relatives aux certificats d’origine ».

Il s’est dit satisfait de l’échange de visites et de rencontres tenues au niveau des ministres des différents secteurs de coopération, depuis la dernière session de la Grande commission mixte, se félicitant « des progrès appréciables réalisés par certains secteurs de coopération économique, commerciale, culturelle et humaine ». Pour sa part le secrétaire d’Etat tunisien chargé des affaires maghrébines, arabes et africaines, Abdelhafid El-Hargam a exprimé le souhait de son pays de « renforcer la coopération et de la hisser au niveau des aspirations des deux pays », estimant que la coopération dans certains secteurs « reste en deçà des aspirations des deux pays et nécessite sa relance ». Apres avoir souligné que l’Algérie était le deuxième partenaire commercial de la Tunisie, aux niveaux arabe et africain, le responsable tunisien a exprimé sa satisfaction quant « à la dynamique et aux résultats positifs de la coopération dans tous les domaines » qui se sont concrétisés à travers « la mise en oeuvre des conclusions de la dernière session de la Grande commission mixte ».

Il a insisté sur la nécessité de conjuguer les efforts afin d’exploiter les grandes potentialités que recèlent les deux pays », appelant les hommes

d’affaires à « tirer profit des conventions bilatérales à l’instar de la convention d’encouragement, de protection mutuelle, des avantages et des facilités nationales d’investissement pour consolider les fondements du partenariat et développer les échanges commerciaux ». La Grande commission mixte algéro-tunisienne se réunira dimanche sous la présidence du Premier ministre, Ahmed Ouyahia et de son homologue tunisien, Mohamed Ghannouchi.

En marge de cette réunion, 10 conventions et programmes d’action seront signés, a affirmé M. Messahel dans une déclaration à la presse en marge de la réunion du comité de suivi, soulignant que le volume des échanges entre l’Algérie et la Tunisie a atteint 600 millions de dollars ces dix derniers mois soit une hausse de 5,6 % par rapport à l’année dernière.

M. Messahel a indiqué que ces conventions concernent les secteurs de l’agriculture, de la formation professionnelle, de l’environnement, de l’investissement et autres, précisant que la 18eme session de la Grande commission mixte permettra de « définir un document de travail en matière de coopération bilatérale pour la prochaine période allant jusqu’à la prochaine session ».

Le comité de suivi procédera, durant sa réunion, cinquième du genre depuis la tenue de la précédente session de la Grande commission mixte, à l’évaluation « globale et totale » de l’état de la coopération bilatérale dans tous les domaines, outre la formulation de recommandations contenant des propositions à soumettre à la prochaine session de la Grande commission mixte.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
50 queries in 6,890 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5