Algérie-Angola Cap sur l’énergie

Algérie-Angola Cap sur l’énergie

Energie algerie.JPGLe ministre angolais des Pétroles, José Botelho de Vasconcelos, a affirmé que son pays veut faire du secteur de l’énergie, notamment le gaz l iquéfié et la pétrochimie, «un porte drapeau» pour le développement de ses relations de coopération économique avec l’Algérie.

Lors d’un point de presse en marge d’une visite aux principales installations de la zone industrielle d’Arzew à Oran, le ministre angolais a indiqué que «l’Algérie et l’Angola ont déjà une société mixte constituée des compagnies nationales des deux pays (Sonatrach et Sonangol).

Cette société a été créée dans le but d’installer deux trains de GNL qui sont actuellement en phase de réalisation». M. de Vasconcelos a ajouté : «Nous voulons inscrire cette association dans la continuité si Sonatrach manifeste l’intérêt de poursuivre sa collaboration avec nous dans ce domaine».

Le ministre angolais animait un point de presse en compagnie du ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi. L’Angola est actuellement à la phase finale de son premier projet de complexe GNL, at- il rappelé dans ce sens.

M. de Vasconcelos a aussi fait part de son intérêt pour les différentes activités industrielle de Sonatrach à Arzew, affirmant que cette expérience serait «très bénéfique pour l’Angola qui souhaite diversifier, elle aussi, ses activités liées au secteur énergétiques actuellement limitées au pétrole et à l’aciérie. «Nous avons pu constaté ici (à Arzew) la façon dont Sonatrach a pu développer ses activités» dans la transformation de gaz et aussi dans la pétrochimie avec le projet d’usine d’ammoniac et d’urée, poursuit M. de Vasconcelos.

Il a, à cet effet, exprimé son souhait pour plus de rapprochement entre l’Algérie et l’Angola dans ces domaines à travers, entre autres, l’échange d’expériences. De même, l’Angola doit tirer le maximum de profit de ces cadres et techniciens formés par l’Algérie dans ce domaine, a-t-il encore souligné.

L’expérience algérienne «significative» dans la coopération énergétique internationale constitue «un autre aspect non moins important et un exemple à suivre » a aussi affirmé M. de Vasconcelos qui s’est dit favorable pour la réalisation en association avec Sonatrach d’investissements communs en Algérie, en Angola ou dans des pays tiers.

De son côté, M. Yousfi a relevé le rôle important de l’Angola dans le secteur énergétique sur le continent africain et au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). «L’Algérie et l’Angola sont collègues au sein de l’Opep et partagent les même positions», a-t-il affirmé, affichant la disponibilité de l’Algérie à oeuvrer pour le renforcement des relations de coopération bilatérale dans le secteur énergétique, mais aussi les autres volets socio-économiques.

LE DEUXIÈME PLUS GROS PRODUCTEUR DE BRUT EN AFRIQUE DERRIÈRE LE NIGERIA

L’Angola, qui pompe quelque deux millions de barils par jour, est le deuxième plus gros producteur de brut en Afrique derrière le Nigeria, rappelle- t-on.

Lors de la visite à la zone industrielle d’Arzew organisée dans le cadre de la 4ème session de la commission mixte de coopération algéroangolaise tenue jeudi à Alger, les deux ministres qui co président cette commission, se sont rendus à l’unité de séparation de gaz qui dispose d’une capacité de production annuelle de 250 millions de tonnes réparties entre le GNL, le GPL, les gaz butane et propane.

Les deux ministres se sont également arrêtés sur le chantier du projet de complexe d’ammoniac et d’urée mené par la société algéro-omanaise des engrais constituée en 2008 par Sonatrach et le groupe Souhail Bahwane (Oman). Une fois achevé, ce complexe produira 7.000 tonnes par jour d’urée et 4.000 tonnes par jour d’ammoniac, destinées à l’exportation sur la base de contrats à long terme pou un investissement total de 200 millions de dollars.

Sa mise en exploitation est prévue pour la fin 2011, d’après les responsables du projet. Le port de Bethioua a été la troisième halte de la délégation algéroangolaise qui a assisté, à cette occasion, au pompage de GNL dans le navire «Bachir Chihani» de la compagnie Hypproc, filiale du groupe Sonatrach.

Les deux ministres ont enfin visité la raffinerie d’Arzew qui subit actuellement des travaux de réhabilitation destinés à augmenter sa production à 90.000 tonnes par jour contre 60.000 barils actuellement. Ces travaux de réhabilitation, engagés en 2005, se déroule sans avoir recours à l’arrêt de production, ont expliqué des techniciens à la délégation.

Les travaux de la 4ème commission algéroangolaise de coopération ont été sanctionnés jeudi tard dans la nuit par la signature de quatre accords dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de la jeunesse et des sports, de la culture et de la communication.

Les deux parties, qui devaient conclure un cinquième accord de coopération dans le secteur énergétique, ont, cependant, convenu à poursuivre leurs discussions dans ce domaine, explique, par ailleurs, M. Yousfi.

Rachida T.