Alger : Six personnes, dont un ressortissant chinois, arrêtées pour corruption

Alger : Six personnes, dont un ressortissant chinois, arrêtées pour corruption

gendarmerie-dz.jpgLa brigade de recherches de la Gendarmerie nationale de la wilaya d’Alger vient de lever le voile, au courant de la semaine écoulée, sur une affaire de corruption. Tout commença lorsqu’un citoyen demeurant à Constantine fit l’acquisition d’un véhicule auprès d’une filiale d’une entreprise chinoise, dans cette wilaya de l’est du pays.

L’employé de cette filiale lui demanda de se rendre à Alger pour compléter les démarches d’acquisition et se faire remettre les papiers afférents au véhicule. Le citoyen se rendit donc au siège social de la société chinoise (spécialisée dans les BTP) sis à Staouéli où il fut surpris par un employé qui lui demanda une certaine somme d’argent pour accélérer les formalités d’acquisition de la voiture. Devant cet état de fait, il comprit que l’employé de Constantine s’était entendu avec celui d’Alger pour soutirer de l’argent aux clients. Il se dirigea donc vers la brigade de recherches de la Gendarmerie nationale pour y déposer plainte et une enquête fut alors diligentée. Les recherches entreprises permirent aux gendarmes de découvrir, qu’effectivement, ces employés s’adonnaient à ce genre de trafic et une souricière fut tendue qui permit d’arrêter, en flagrant délit de corruption, l’employé indélicat en compagnie d’un autre employé, un ressortissant chinois. Les deux suspects reconnurent qu’ils ont touché de l’argent de cette manière de la part de plusieurs clients. Poursuivant leurs recherches, les enquêteurs arrêtèrent deux fonctionnaires de la daïra de Zéralda ainsi qu’un autre employé de l’APC de la même ville, en plus de l’employé de la société à la succursale de Constantine qui s’occupaient de faciliter les démarches aux clients. Les six suspects ont été présentés, à la fin de la semaine, auprès du procureur de la République près le tribunal de Chéraga qui en plaça quatre en détention préventive et les deux autres sous contrôle judiciaire sous les chefs d’inculpation de constitution d’association de malfaiteurs et corruption.