ALGER, Parc des Grands Vents, 1.059 hectares réservés au projet

ALGER, Parc des Grands Vents, 1.059 hectares réservés au projet

Capture plein écran 16052012 092923.jpgSelon un décret portant modification de la première déclaration d’utilité publique, le projet d’aménagement du parc des Grands Vents de la wilaya d’Alger (appelé également parc Dounia) sera réalisé sur une superficie globale de 1.059 hectares, au lieu de 630 hectares initialement.

Cette superficie globale est répartie, précise le décret, sur cinq communes, à savoir Dély Ibrahim (196 hectares), Ouled Fayet (163 hectares, dont 20 destinés à l’espace vert), El-Achour (544 hectares, dont 97 destinés à l’espace vert), Baba Hassen (96 hectares destinés à l’espace vert), Draria (20 hectares, espace vert). L’emprise du projet comprend aussi les 40 hectares du Centre d’enfouissement technique (CET) de la commune d’Ouled Fayet.

Sur les 1.059 hectares servant d’emprise au projet du parc des Grands Vents, 233 hectares sont ainsi réservés à l’espace vert. A ce titre, le décret en question explique que les espaces verts réservés inclus dans cette opération d’aménagement « sont intégrés au domaine public de l’Etat et ne peuvent en aucun cas être constructibles ».

Ce parc de loisirs devait, initialement, être aménagé sur une emprise globale de 630 hectares fixés par le décret 06-235 du 4 juillet 2006 portant déclaration d’utilité publique l’opération relative à l’aménagement du parc des Grands Vents. Les 630 hectares étaient répartis sur trois communes : Dély Ibrahim (210 hectares), Ouled Fayet (143 hectares) et El-Achour (277 hectares), souligne l’APS, précisant que la nouvelle déclaration d’utilité publique a donc augmenté l’emprise du projet de 429 hectares, sans apporter de changements quant à la consistance des travaux à engager au titre de l’aménagement de ce parc et qui consiste à réaliser « un parc naturel, un complexe métropolitain et une route express ». En septembre 2008, le plan d’aménagement du parc Dounia a été rendu public officiellement par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme et le principal porteur du projet, le groupe émirati EIIC (Emirati international Investment company). Les prévisions de ce plan consistent à consacrer plus de 70% de la surface globale « au côté parc » (aires de jeux, terrains de sport, jardins botaniques, forêts…) et près de 30% à construire, notamment, pas moins de 13.000 logements de standing, 500 chambres d’hôtels, un amphithéâtre de 5.000 places, un parking d’une capacité de 8.000 places, des commerces, un hôpital « international » et une tour de 47 étages. Selon le même plan, la réalisation de ce parc devra coûter plus de cinq milliards de dollars d’investissement avec un délai de mise en œuvre de cinq ans à partir de 2008. Selon l’APS, après de longues négociations, la convention d’investissements portant sur la réalisation de ce parc de loisirs a été signée en mars 2011 par l’Agence nationale de développement de l’investissement (Andi) et le groupe émirati EIIC.

Par : Bouziane Mehdi