Aigle Azur poursuit en justice le Mcaf et le CNI

Aigle Azur poursuit en justice le Mcaf et le CNI

aigle-azur.jpgAiglee Azur, la compagnie aérienne de droit français, vient de lancer une procédure judiciaire contre Omar Aït Mokhtar coordinateur du Mouvement citoyen algérien en France (Mcaf) et Mohand Barrache coordinateur du Conseil national de l’Immigration (CNI). Ils sont invités à comparaitre devant le tribunal de grande instance de Paris.

« Nous venons de recevoir l’assignation au TGI de Paris pour le 7 décembre en référé, Aigle Azur nous attaque en justice« , affirme Omar Aït Mokhtar, coordinateur du Mouvement citoyen des Algériens en France (Mcaf). Il ajoute : « C’est le tarif à payer quand on se bat pour les droits les plus élémentaires des émigrés, nous irons au tribunal« . Le Mcaf avait fait de la lutte contre la cherté des billets d’avion entre la France et l’Algérie son cheval de bataille. A maintes reprises, il avait mis en cause Aigle Azur et Air Algérie.

Dans un entretien qu’il nous avait accordé, Omar Aït Mokhtar affirmait qu’il y a « une entente commerciale entre Air Algérie et Aigle Azur ce qui est une infraction à la loi et le règlement européen« . Pour le  coordinateur du Mcaf, le prix des billets entre la France et l’Algérie « est une arnaque ».

Pour mettre fin à cette connivence, le Mcaf demande l’ouverture de la destination Algérie aux autres compagnies, notamment celles qui pratiquent le low cost. L’argument ? Les compagnies aériennes fixent leurs tarifs, selon l’accord du 16 février 2006, passé entre les autorités algériennes et la France, cependant, dans un courrier, la direction de l’aviation civile française avait indiqué « ce cadre bilatéral pourrait être davantage libéralisé afin de permettre une concurrence plus libre, favorable à l’augmentation de l’offre et à la baisse des tarifs« , Il a aussi déposé une plainte à la Cour européenne, service de la concurrence.

Au-delà de son combat contre la cherté des billets, le Mcaf gêne beaucoup de monde au sein de l’émigration algérienne. A ce titre, outre qu’il a appelé à la mise en place d’une organisation représentative de l’émigration algérienne en France, il a dénoncé la fête organisée le 7 novembre au Pavillon  Dauphine, par l’ambassadeur d’Algérie en France.

Il a par ailleurs appelé à un rassemblement le 30 novembre devant le Sénat français pour dénoncer les propos du sénateur UMP, Gérard Longuet qui avait fait un bras d’honneur en réponse à une question sur la colonisation française.

Yacine K.