Aides sociales envoyées au Maghreb : une nouvelle polémique enfle en France

Aides sociales envoyées au Maghreb : une nouvelle polémique enfle en France

Le ministre chargé des comptes sociaux en France, en l’occurrence Gabriel Attal, a annoncé samedi 18 avril dernier vouloir présenter prochainement un nouveau plan de mesures permettant de lutter contre la fraude fiscale et sociale en France. parmi ces mesures, l’augmentation des effectifs du service d’enquêtes judiciaires. Mais aussi, mettre un terme un terme au transfert ‘allocation aux comptes domiciliés à l’étranger.

Une mesure qu’a confirmé Bruno Le Maire, le ministre français de l’Économie et des Finances. D’ailleurs, lors de sa dernière intervention sur RMC-BFMTV, ce dernier a créé une polémique avec ses propos sur les personnes qui envoient les aides sociales vers leurs pays d’origines, dont les Maghrébins.

Aides sociales envoyées au Maghreb : les propos de Bruno le Maire créent la polémique

En effet, intervenant, mardi matin, sur RMC-BFMTV, Bruno le Maire a évoqué les aides sociales envoyées à l’étranger, mais surtout au Maghreb. Ses propos ont choqué une grande partie de la classe politique en France. “Le contribuable n’a pas envie de voir des gens puissent en bénéficier, le renvoyer au Maghreb ou ailleurs, alors qu’ils n’y ont pas droit” a déclaré le ministre avant d’ajouter “Nos compatriotes en ont ras-le-bol”.

Avec ces propos, Bruno Le Maire parle des allocations et des aides sociales interdites aux ressortissants résidant à l’étranger. À titre d’exemple, le RSA : les ressortissants qui quittent la France pour une période de 92 jours par an n’ont pas le droit d’en bénéficier. La même chose est également applicable pour les allocations chômages, on ne peut pas en bénéficier si on quitte le territoire français pour une période de plus de 35 jours par an.

La Gauche en colère contre les propos de Bruno Le Maire

Ces déclarations du ministre français de l’Économie et des Finances n’ont pas passé inaperçues. Au contraire, La Gauche, par exemple, s’est insurgée contre ces propos. Dans ce sillage, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure regrette le fait que “le gouvernement mobilise des préjugés racistes”. Et ce, pour éviter de rappeler que la fraude sociale est également le fait des employeurs.

Pour sa part, le député insoumis Thomas Porte invite Bruno Maire à “aller voir en Suisse plutôt que de parler du Maghreb et de reprendre les éléments racistes de l’extrême droite. En parlant de cette dernière, Eric Zemmour considère que les déclarations de Bruno Le Maire comme une évidence.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon considère que ces propos sont une nouvelle compagne du gouvernement pour montrer du doigt les ressortissants originaires du Maghreb et faire diversion.


| À LIRE AUSSI :

>> France : un père de famille algérien détourne 40 600 euros de prestations sociales
>> France : Darmanin mise sur la droite pour relancer son projet de loi sur l’immigration