Affaire Future Gate – Influenceurs : Oussama passe aux révélations

Affaire Future Gate – Influenceurs : Oussama passe aux révélations

Après 3 reports de procès, ce jeudi 9 juin 2022 est marqué par le début du procès de l’affaire “Future Gate”, qui implique des influenceurs.

Le premier qui a dû répondre aux questions du juge est Oussama Rezagui, le principal accusé et propriétaire de la société fictive “Future Gate“. Ce dernier a commencé par nier avoir exploité des étudiants en Ukraine, malgré la déclaration du juge selon laquelle il existe des vidéos inappropriées de ces étudiants qui ont été menacés.

L’accusé, Oussama, nie aussi avoir perçu plus de 600.000 dinars de la part de chaque étudiant qui est allé avec l’espoir d’étudier en Ukraine par le biais de sa société fictive.

Oussama accuse Numidia Lezoul et Stanley de “chantage”

Il a aussi déclaré devant le juge que son entreprise faisait l’objet d’une féroce campagne médiatique construite par l’influenceuse “Nahla TV”. Après que cette dernière a été relayée sur les réseaux sociaux, il a été victime de chantage de la part de certains influenceurs bien connus. En l’occurrence Numidia Lezoul, et Mohamed Aberkane alias Stanley, pour le renouvellement de leur contrat.

Ce dernier ajoute aussi que sa société a été ciblée par certaines chaînes télévisées, qui n’ont pas apprécié le fait que Oussama Rezagui choisisse de passer par des influenceurs plutôt que par de la publicité auprès des chaînes en question.

Pour finir, l’accusé a reconnu avoir fait passer de l’argent en devises à l’étranger, en particulier vers l’Ukraine.

Retour sur l’affaire “Future Gate”

En janvier 2022, l’affaire « Future Gate » éclate au grand jour, pas moins de 75 étudiants algériens ont porté plainte contre la société « Future Gate » qui proposait des prestations au profit des étudiants désirant poursuivre leur cursus universitaire à l’étranger, notamment en Russie, en Turquie et en Ukraine. La société proposait, la mise en relation de l’étudiant avec les services de visa, et avec les universités étrangères et les foyers d’accueil.

Pour faire la promotion de ses services, la société en question, qui appartenait à Oussama Rezagui, qui est l’accusé principal dans cette affaire, a décidé de faire appel à des influenceurs algériens pour faire sa promotion. Numidia Lezoul, Ines Abdelli, Boudjemline Farouk alias Rifka, et Mohamed Aberkane alias Stanley. Les quatre jeunes ayant des millions de « followers » principalement sur la plateforme Instagram se sont ainsi retrouvés complices d’une entreprise fictive d’escroquerie.