Affaire Future Gate – études en Ukraine : du nouveau dans le dossier

Affaire Future Gate – études en Ukraine : du nouveau dans le dossier

Après plus de deux mois du début de l’enquête, le procès de la fameuse affaire d’escroquerie “Future Gate” s’est poursuivi au niveau du tribunal de Dar El Beida à Alger, où se sont succédés à la barre les mis en cause impliqués dans cette affaire d’arnaque.

Le principal accusé dans l’affaire d’escroquerie d’étudiants algériens à l’étranger via une société écran, le dénommé Oussama Rezagui, a été entendu par le juge d’instruction près du tribunal de Dar El Beida à Alger pour la deuxième fois après plus de deux mois du début de l’enquête.

Selon les informations rapportées par le média arabophone Echourouk Online, le juge d’instruction près le tribunal de Dar El Beida à Alger a instruit de nouvelles mesures judiciaires qui permettront le bon déroulement de l’enquête.

En effet, des commissions rogatoires ont été délivrées à l’Ukraine dans le cadre de l’enquête instruite dans cette affaire, et ce, avant que le dossier ne soit transféré en jugement devant le tribunal correctionnel de première instance.

Future Gate : plusieurs influenceurs impliqués

L’affaire a éclaté en février dernier quand pas moins de 75 étudiants algériens ont porté plainte contre la société “Future Gate” qui proposait des prestations au profit des étudiants désirant poursuivre leur cursus universitaire à l’étranger, notamment en Russie, en Turquie et en Ukraine. La société proposait, et ce, par la mise en relation de l’étudiant avec les services de visa, d’une part, et avec les universités étrangères et les foyers d’accueil, d’une autre part.

Pour mieux vendre ses services, la société a fait appel à quatre influenceurs algériens pour faire sa promotion, il s’agit de Numidia Lezoul, Ines Abdelli, Boudjemline Farouk, alias Rifka, et Mohamed Aberkane, alias Stanley. Les quatre célébrités d’Instagram se sont ainsi retrouvées complices d’une entreprise fictive d’escroquerie.

Le procureur de la République principal près le tribunal de Dar El Beida à Alger avait indiqué qu’à l’issue de l’audition des accusés et des victimes, le juge d’instruction avait ordonné la mise en détention provisoire de 11 mis en cause et de la mise sous contrôle judiciaire de trois autres. Rappelons aussi que les mis en cause sont poursuivis pour plusieurs chefs d’accusation, notamment la formation d’une association de malfaiteurs, la traite d’êtres humains, la violation de la législation relative aux mouvements de fonds vers et depuis l’étranger, l’abus de confiance et le recel.

Le même responsable avait fait savoir que “cette affaire a permis le démantèlement d’un réseau criminel composé de 12 personnes, dont 4 influenceurs sur les réseaux sociaux, lesquels ont recouru à la tromperie, aux mensonges et à des manœuvres frauduleuses” sous couvert d’une société commerciale dénommée “Eurl Inside.com” qui dispose de plusieurs dénominations fictives telles que “Future Gate”, à travers l’usage de spots publicitaires promotionnels et attractifs sur les pages des réseaux sociaux”.