Accélérer le relogement des habitants de la Casbah pour éviter d’éventuels effondrements

jeudi 25 avril 2019 à 16:11
Source de l'article : Www.aps.dz

ALGER- Les membres de la Fondation Casbah, ont plaidé, mercredi à Alger, pour l’accélération du relogement des résidants de la Casbah en raison de la vétusté des bâtisses et par précaution de la survenue d’éventuels effondrements.

Lors de leurs échanges avec la presse nationale sur les suites de l’effondrement de l’immeuble sis rue Tamglit à la basse Casbah, les membres de ladite Fondation ont appelé les pouvoirs publics à « accélérer le relogement des habitants des vieilles bâtisses, douirette ou immeubles datant de l’époque coloniale, en vue d’éviter d’autres effondrements, qualifiant cette situation de « préoccupante ».

Estimant que l’effondrement survenu il y a deux jours qui a coûté la vie à cinq (5) victimes appartenant à une même famille, était la conséquence d' »une mauvaise estimation de la situation actuelle du secteur sauvegardé.

Et d’enchaîner: « toutes les politiques appliquées en matière de rénovation et de préservation de la Casbah ont prouvé leur échec ».

L’interlocuteur a imputé  » la responsabilité » de l’effondrement et de ses conséquences, aux responsables de l’Administration, que ce soit du secteur de la Culture. Il a, dans ce contexte, critiqué « la méthode superficielle « , en matière de prise en charge des bâtisses », à savoir, « se limiter à la décoration au lieu d’une rénovation effective » et focaliser sur « la rénovation des façades des immeubles situés dans les grandes rues dans le cadre du Plan stratégique d’aménagement et d’urbanisme de la wilaya d’Alger ».

« L’APW devait prendre des mesures fermes à l’encontre des habitants ayant refusé d’évacuer l’immeuble, notamment après l’expertise technique qui a fait état de la précarité du site », a souligné M. Boughrara Ismail, un expert juridique et membre de la fondation.

De son côté, le président adjoint de la fondation, Reda Amrani a fait savoir que les habitants de la Casbah étaient « menacés », mettant en garde contre d’éventuelles effondrements qui pourraient se produire à tout moment ».

Il a fait état, par la même, de « 400 bâtisses coloniales inhabitables implantées dans les périphéries de la basse
M.Amrani a plaidé, dans ce sens, pour la « transparence » en matière de gestion des fonds dédiés à la restauration et la préservation du patrimoine classé, ajoutant que le citoyen payait la taxe de l’habitat pour un service public qui laisse à désirer.

L’interlocuteur a mis en garde contre « la dégradation » de l’environnement à la Casbah, et ce en dépit des efforts consentis par les agents de l’entreprise Netcom qui prélèvent quotidiennement 90 pc des déchets ménagers, affirmant que les points de collecte d’ordures sont infestés de rats et d’insectes.

Plusieurs bâtisses menaçant ruine à la rue Tamglit sont habités encore par des familles à l’image des immeubles 12 et 13 ou habite M. Harkat Fateh qui a accusé la commune de la Casbah d' »avoir manipulé, il y’a des années, les listes des familles relogées ».

M.Harkat a rappelé que les immeubles en question ont subi plusieurs opérations d’aménagement à l’intérieur et sur les terrasses, ce qui « double » le risque de leur effondrement.

Pour sa part, Maatoub Mohamed, le plus ancien membre de la fondation a attribué la dégradation de la Casbah à la disparition du métier de « concierge » ainsi qu’à la transformation des rez-de-chaussée en locaux commerciaux et ateliers sans aucun contrôle.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
24 queries in 0,213 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5