A quelques jours de l’Aïd : rush sur les magasins de vêtements pour enfants

A quelques jours de l’Aïd : rush sur les magasins de vêtements pour enfants

actualite2[31580].jpgLes derniers jours du mois de Ramadhan ont déclenché le compte à rebours pour la fête de lÆAïd-el-Fitr comme en témoigne l’ardeur commerciale constatée au niveau des magasins, particulièrement ceux spécialisés dans le prêt à porter pour enfants.

A une semaine de cette fête religieuse qui marque la rupture d’un mois de jeûne, la fièvre des achats des habits a déjà monté d’un cran. Un véritable rush est observé sur les magasins de vêtements pour enfants.

Dès la fin de la prière des Tarawih (surérogatoires) et jusqu’à une heure tardive de la nuit, les parents, accompagnés de leurs bambins se bousculent aux boutiques, magasins et autres grandes surfaces spécialisées dans l’habillement.

Fermés au début de la journée, ces espaces commerciaux se remettent à fonctionner à plein régime après le fÆtour pour recevoir une nombreuse clientèle, constituée majoritairement des femmes et des enfants.

Ces magasins sont assaillis par le flot important de clients. Ces derniers ont investi les artères principales de la capitale pour poursuivre les achats de l’Aid et de la rentrée scolaire qui interviendra quelques jours seulement après cette fête religieuse.

Les magasins de vêtements sont, quant à eux, richement fournis et les clients ne trouvent rien à dire, sinon réclamer un rabais pour acheter tel ou tel article. Le client a l’embarras du choix et en aura surtout pour son porte-monnaie.

…L’engouement est là, mais les prix freinent les ardeurs

« Certains articles proposés sont de très bonne qualité. Seulement les prix sont exorbitants. Cependant, nous sommes habitués à ce genre de dépenses, un passage inévitable », glisse, avec un haussement d’épaules parlant, Chaabane, qui a visiblement trop déboursé

Certains parents perdent carrément la tête devant la valse des prix proposés par les commerçants. « Il est pratiquement impossible pour un simple fonctionnaire de satisfaire ses enfants », affirme Kamel en scrutant des yeux les prix affichés dans un grand magasin sur la rue Didouche Mourad.

Les nombreuses boutiques de cette rue principale de la capitale comme celles situées à El Biar, à Chéraga, ou encore à Dély Ibrahim attirent beaucoup de monde ces derniers jours, a-t-on constaté. Les prix, même s’ils ont enregistré une augmentation par rapport à l’année précédente, nÆont pas découragé les clients qui continuent à se présenter en grand nombre.

Toutefois, même si l’engouement est là, les prix freinent les ardeurs. Un ensemble pour fillettes est ainsi cédé à 8.500 DA, une robe à 7.400 DA, une paire de sandales à 4.500 DA, des kickers à 4.200 DA et une paire de chaussures pour enfant de moins de 2 ans à … 5.800 DA.

Si le choix est varié, les prix demeurent très élevés et la qualité n’est pas souvent au rendez-vous, estiment d’autres clients. « Les prix sont excessivement élevés par rapport à la qualité des articles exposés », relève Imène, une fidèle cliente de la boutique « Orchestra », située sur l’avenue Ali Khodja à El Biar.

« Certains vêtements, pourtant chèrement payés, sont à jeter seulement après un seul lavage à la machine », affirme-t-elle. Un avis partagé par la plupart des parents interrogés lors de notre virée.

Pour échapper à la flambée des prix qui caractérisent cette période de l’année, certains parents prévoyants, ont pris leurs devants en faisant leurs achats quelques semaines avant le début du mois de jeûne. « J’ai acheté tous le nécessaire pour l’Aid bien avant le ramadhan. Maintenant, je suis tranquille », affirme Fatiha, une mère de deux enfants.

Mais, pour d’autres, le moment n’était pas propice pour faire les achats. « J’étais tentée de faire mes achats avant le ramadhan pour échapper à la traditionnelle flambée des prix, sauf que les vêtements disponibles à cette période n’étaient pas intéressants.

J’étais donc contrainte d’attendre le début du mois de jeûne pour habiller mes enfants pour l’Aid », dit Radia, rencontrée au magasin « Espreno ».

« Généralement, tous les magasins du prêt à porter pour enfants s’approvisionnent pour cette occasion, ainsi un large choix s’offre à nous », explique-t-elle, tout en poursuivant ses recherches pour trouver une robe pour sa fille de 4 mois.

…A la recherche de bonnes affaires

Péniblement, les familles continuent à écumer les magasins à la recherche de précieux vêtements, chaussures et autres accessoires nécessaires pour le jour J. Elles font contre mauvaise fortune bon cœur et arpentent les artères avec peu d’entrain à la recherche d’endroits qui permettent de faire des achats à des prix raisonnables.

Le centre commercial « Areedj » de Draria est ainsi considéré comme étant le plus indiqué pour « les bonnes affaires », eu égard à la modération des prix qui y sont pratiqués, comparativement à ceux affichés en vitrine. « Ici, les prix sont accessibles. Il y’en a pour toutes les bourses. Je viens d’acheter un pantacourt et un haut pour ma fille de 4 ans pour seulement 2.000 DA.

J’ai aussi repérer un ensemble à 4.000 DA », indique Karima, une mère de famille rencontrée sur place.

Autres hauts lieux alliant qualité et accessibilité des prix, selon les parents interrogés, sont les magasins « le Printemps », situés à Bab Azzoune, à Mohammadia, et à El Harrach, pris d’assaut quotidiennement par les familles algéroises à la recherche d’articles de bonne qualité à des prix abordables.

Selon Razika, une fidèle cliente de ces magasins, des articles de qualité à des prix abordables sont proposés. « Des jupes pour fillettes âgées entre 2 et 7 ans sont cédées entre 600 à 1.200 DA, des pantalons pour jeunes garçons sont proposés à 1.400 et 1.700 DA », a-t-elle fait savoir.

Au vu des escarcelles érodées par un long mois de dépenses, les produits chinois, moins chers et abordables, semblent avoir bonne presse, car plus sollicités par les ménages.

Le bazar de Bachdjarah constitue, ainsi, une véritable caverne d’Ali Baba pour les ménages à revenus moyens. Les prix affichés sont très abordables et un père de famille peut habiller ses trois enfants pour seulement 10.000 DA. Des pantacourts sont proposés pour moins de 1.000 DA, des pantalons à 1.500 DA, des chemisiers à 1.200 DA et des baskets à 2.000 DA.

Ramadhan, Aïd el Fitr et rentrée scolaire, la saignée est importante, comme chaque année, en attendant l’année prochaine.