A la veille de l’Aïd el Fitr Moins de tension dans les bureaux de poste

A la veille de l’Aïd el Fitr Moins de tension dans les bureaux de poste

algérie-poste-300x225.jpgUne fois n’est pas coutume. Les bureaux de poste n’affichent pas les files habituelles à la veille de la fête de l’Aïd. L’habituel rush enregistré à cette occasion n’a pas eu lieu, au grand bonheur des usagers.

Contrairement aux précédentes années où les interminables files, les pannes de réseaux et des distributeurs automatiques étaient une sacrée tradition des périodes de fêtes religieuses, une virée à travers quelques bureaux de poste fait constater un calme et une sérénité.

Au niveau de la Grande- Poste, Hassiba-Benbouali, Meissonnier, il y a rien à signaler, ni tension, ni bagarre. Interrogés, les guichetiers expliquent que «les dates de virement sont respectées.

C’est pourquoi les usagers n’étaient pas obligés de venir tous en même temps». D’autres travailleurs soutiennent cette baisse de tension sur les guichets par l’ouverture des bureaux de poste durant la nuit ; «bon nombre d’opérations se déroulent après el-iftar, ce qui a eu pour effet de diminuer la pression durant la journée».

Ce qui est à signaler dans ce sens c’est que les bureaux de poste sont ouverts jusqu’à 23h30 dans les chefs-lieux des wilayas et des grandes daïras tout au long de ce mois. Selon le P-DG d’Algérie Poste Laid Mahloul «cette mesure vise à faire face à la forte demande des clients et pour participer à l’animation des grandes villes durant le mois sacré».

Pour ce qui concerne le problème de la liquidité qui autrefois était la cause principale de la pagaille dans les postes durant les occasions de forte demande, le P-DG d’Algerie Poste a également énoncé que depuis le début du ramadhan «le problème de liquidité ne se posera pas cette année, une quantité importante est disponible pour le mois de ramadhan».

C’est, en fait, la disponibilité réelle du liquide qui change la donne cette année et qui fait que les opérations se déroulent le plus normalement du monde. Puisque lorsque la liquidité fait défaut, l’ouverture des bureaux durant la nuit ne sert plus à rien.

Puisque c’est l’indisponibilité de l’argent qui était habituellement citée comme premier facteur des retards et des files interminables. Si les opérations se déroulent sans bousculades cette année, il n’en demeure pas moins que certaines lenteurs et pannes de réseaux sont signalées ici et là et que certains bureaux sont touchés par la pression.

Rencontré hier au niveau de la poste de Hassiba Benbouali, un usager nous a déclaré que «les sept guichetiers servent une centaine d’usagers en 75 mn. Ce qui reste un rythme lent. Moi j’attends mon tour depuis une heure.

Il est vrai qu’il y a moins de monde et de pression par rapport aux occasions similaires, mais ils peuvent mieux faire», témoigne ce jeune qui explique, aussi, cette diminution de demandes par rapport à l’ouverture des bureaux durant la nuit. En attendant d’autres efforts d’Algérie Poste, les usagers devraient se réjouir et saisir cette occasion, pour une fois que «le train arrive à l’heure…»

Y.A