Ministre du tourisme, prix des hôtels abordables?

Ministre du tourisme, prix des hôtels abordables?

Depuis mars 2020, le monde a connu des changements majeurs dans tous les secteurs d’activités, et ce à cause du virus Coronavirus. Parmi les secteurs les plus touchés, deux d’entre eux ont plus soufferts que les autres l’aérien et le maritime, avec des aéroports fermés, des avions cloués au sol et des bateaux de voyageurs bloqués dans les ports.

L’Algérie n’a pas fait l’exception durant cette période, au contraire le gouvernement a pris la décision de fermer complétement les frontières aériennes et maritimes, pour ne les rouvrir que partiellement, plus d’un an après leur fermeture.

Comme dit l’expression « Un mal pour un bien », cette fermeture des frontières, a presque obligé les algériens à se rabattre sur le tourisme domestique. Depuis l’apparition du Coronavirus et la fermeture des frontières, pas mal d’algériens ont pu renouer avec le tourisme local, que ce soit, en montagne, en mer ou vers le Sahara, beaucoup d’entre nous ont découvert ou redécouvert nos belles régions.

Cependant, les algériens déplorent que toutes ces zones touristiques souffrent d’un manque d’infrastructures d’hébergement, et quand ces dernières existent, les prix restent pour la plupart exorbitants et inaccessibles.

Ministre du Tourisme, déclarations sur les prix des hôtels

Lors d’une sortie médiatique, après l’inauguration d’un hôtel à Oran, le Ministre du Tourisme, Yacine Hammadi a abordé le sujet des prix des hôtels en Algérie, en déclarant : « les prix des hôtels restent abordables… mais si on les compare par rapport au pouvoir d’achat algérien, les prix sont relativement élevés », toujours selon ce même ministre « Le Président de la République Abdelmadjib Tebboune, a donné non pas des consignes pour une révision des prix des hôtels, mais plutôt un plafonnement selon la classement de ces derniers… »

Dans la même déclaration le ministre du tourisme a dit : « quand une région jouit d’une grande capacité d’hébergements hôteliers, comme cela est le cas pour la ville d’Oran, les prix doivent suivre… », il estime aussi « il reste les services qui doivent suivre, nous souhaitons donc, que tout ceci puisse satisfaire les citoyens, du côté des prix des hôtels. »

In continue en déclarant que : « des consignes ont déjà été données aux directeurs des hôtels, afin d’appliquer les prix selon les saisons, donc les prix ne peuvent rester inchangés durant toute l’année… » Car le ministre estime : « qu’une chambre d’hôtel est comparable à un produit périssable donc son prix ne doit pas rester fixe, ce qui pourra créer une concurrence… »

En dernier le ministre du tourisme a évoqué, le fait que des plateformes numériques seraient bientôt lancées pour la commercialisation et la promotion des chambres d’hôtels, ce qui selon lui aidera à baisser les prix de ces dernières.