5 milliards de dinars alloués à l’opération « Solidarité-ramadhan 2012″

5 milliards de dinars alloués à l’opération « Solidarité-ramadhan 2012″

SOLIDARITE-RAMADHAN.jpgUne enveloppe financière de 5  milliards de dinars a été allouée  à la commission nationale interministérielle chargée de la préparation de l’opération « Solidarité-ramadhan 2012″. C’est ce que le ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, Said Barkat a annoncé aujourd’hui à l’occasion de l’installation  de cette commission à Alger.

L’opération « Solidarité-ramadhan » consiste en l’ouverture de centres de l’iftar (rupture du jeûne) et la distribution de kits alimentaires et de repas chauds. Le ministère de la Solidarité nationale est chargé du suivi de l’opération dont la gestion est confiée aux communes, aux assemblées élues et aux commissions de wilaya installées au niveau local, a fait savoir  Barkat.

Il a, par ailleurs, insisté sur l’apport des bénévoles et des âmes charitables à cette opération, soulignant la nécessité de préserver la dignité des bénéficiaires lors de la distribution des kits alimentaires.

1,3 million de familles nécessiteuses

S’agissant du nombre de  familles nécessiteuses qui bénéficieront de kits alimentaires,  Barkat l’a estimé à plus d’un million. « Au total, 1,3 million de familles nécessiteuses bénéficieront de kits alimentaires », a précisé le ministre.

La valeur de chaque kit alimentaire varie entre 3.500 et 5.000 DA. Il comporte des denrées alimentaires de premières nécessité : semoule, farine, sucre, café, riz, légumes secs, huile de table et lait en poudre  selon les précisions fournies par  Barkat qui n’a pas manqué de relever  que dans certaines communes les kits alimentaires seront d’un coût pouvant atteindre les 7.000 DA et plus.

Le ministre de la Solidarité nationale a précisé que la distribution de ces kits s’effectuera deux fois durant le ramadhan. S’agissant du projet d’octroi d’une aide financière (chèque) au profit des familles démunies bénéficiaires de l’opération Solidarité-ramadhan, le ministre, sans l’écarter « définitivement » à l’avenir,  a indiqué qu’il n’était pas à l’ordre du jour.