42e vendredi à Alger | La rue Asselah Hocine est « noire de monde »

Le premier cortège des manifestants arrive des quartiers de Bab El Oued et de la casbah D’Alger aux cris de : «Klitou leblad ya esserakine » (Vous avez pillé le pays bande de voleurs), «Dégage Gaid Salah, had el aame makache el vote !» (« Dégage Gaïd Salah, il n’y aura pas de vote cette année !).

Franchissant la rue Asselah Hocine en trombe, des milliers de manifestants se dirigent vers le centre ville d’Alger.