32 années après le séisme, Des sinistrés d’El-Asnam toujours dans des baraques

32 années après le séisme, Des sinistrés d’El-Asnam toujours dans des baraques

Capture plein écran 10102012 094135.jpgLe séisme du 10 octobre 1980, qui a ébranlé la wilaya d’El-Asnam, aujourd’hui Chlef, restera à jamais gravé dans la mémoire des Chélifiens qui ont vécu ce vendredi noir en ce 10 octobre 1980 quand la terre trembla.

Aucun jeune ne savait ce que c’étaient ces secousses qui remuaient la ville, sa région et qui se sont fait ressentir à des centaines de kilomètres plus loin. Les vieilles personnes, en revanche, ont tout de suite compris que c’était la ville qui venait d’être secouée par un violent tremblement de terre.

Il était 13h30mn ce vendredi 10 octobre 1980. Un séisme d’une magnitude de 7,3 sur l’échelle de Richter qui en compte 9 degrés, avait indiqué le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG). Un séisme qui fut suivi, quelques heurs plus tard, par une réplique évaluée à 6 degrés, toujours sur l’échelle de Richter. Le séisme qui venait de détruire la wilaya d’El-Asnam à 13h30 mn était le plus violent que la région ait connu.

De sous les décombres, on entendait des gémissements. Les gens couraient dans tous les sens, d’autres pleuraient la perte d’un des leurs. La terre n’arrêtait pas de bouger. Les secours arrivaient de partout. Des secouristes de plusieurs pays d’Europe, d’Amérique, des secouristes des pays voisins, des pays arabes.

Une solidarité extraordinaire s’était installée au profit de ceux qui étaient sous les décombres et qu’il fallait faire vite pour les sortir vivant, se remémorent ceux qui ont vécu l’événement. Le séisme d’El-Asnam venait d’endeuiller des milliers de familles. Au total, 2.633 personnes ont péri, 8.369 ont été blessées, 29.747 maisons ont été détruites et 478.949 personnes étaient sans abri.

Pour rappel, la wilaya de Chlef, qui est située sur une zone sismique, a connu dans son histoire onze séismes : le premier le 7 septembre 1934 (de magnituge 5), le 9 septembre 1954 (6,7), le 5 juin 1955 (5,7), le 14 février 1956 (5,9), le 28 juin 1957 (5), le 7 novembre 1959 (5,5), le 23 février 1971 (4,9), le 11 mars 1973 (5,7), le 10 octobre 1980 (7,3), le 10 octobre 1980 (6,1) et le tout dernier celui du 8 novembre 1980 (5,6).

A l’occasion de la commémoration de ce triste anniversaire, un colloque international, de deux jours sur la réduction des risques sismiques en Algérie a été organisé à Chlef.

Cette rencontre, qui a été animée par des scientifiques et des universitaires, constitue une «opportunité pour dégager une réflexion sur la démarche à adopter pour réduire les risques sismiques et, le cas échéant, minimiser les dégâts» en cas d’éventuelles catastrophes sismiques, ont indiqué les responsables de l’organisme de Contrôle technique de la construction (CTC).

Ce que l’on peut retenir en ce 32e anniversaire du séisme d’El-Asnam, c’est que trois décennies plus tard, les «sinistrés du séisme» habitent toujours dans des chalets que les Chélifiens appellent les «baraques».

A. Boukhtache