Cnam et l’EHEA signent un partenariat de formation de master
Cnam et l’EHEA signent un partenariat de formation de master

BAC et BEM 2020 : Les conseils d’une psychologue aux candidats

BAC et BEM 2020 : Les conseils d’une psychologue aux candidats

La psychologue et Maître de conférences à l’Université Oran 2, Mme. Fatima-Zohra Sebaâ-Delladj, estime qu’il est « important de préparer les candidats aux examens du BAC et du BEM aux gestes barrières ».

Dans une entrevue accordée à notre confrère Liberté, Mme. Fatima-Zohra Sebaâ-Delladj, psychologue et Maître de conférences à l’Université Oran 2, s’est exprimée sur les séquelles psychologiques que pouvait avoir cette pandémie sur les candidats aux épreuves du BAC et du BEM.

Interrogée sur l’état d’esprit de ces candidats, particulièrement face à une telle situation, Mme. Sebaâ-Delladj a expliqué que cette pandémie pouvait affecter « la psychologie des candidats, mais aussi leurs comportements ».

« Il semble évident que cette parenthèse pandémique, comme vous le dites, affectera non seulement l’état psychologique des candidats mais aussi leurs comportements et leur attitude et pourrait même entraîner des taux d’absence élevés des candidats mais aussi des surveillants et du personnel d’encadrement. N’oublions pas que pour le BEM et le bac, nous avons affaire à des adolescents qui pourraient de prime abord aborder l’examen quelque peu à la légère, en prétextant la situation sanitaire », a-t-elle confirmé.

Dans ce même contexte, la psychologue a expliqué le rôle que pouvait jouer « la préparation correcte aux gestes barrières ». Selon elle, les mesures préventives pourraient rajouter du « stress négatif » chez les candidats dans le cas où ils ne se seraient pas préparés préalablement.

« Les mesures prises sur le plan sanitaire pourront faire augmenter le stress négatif chez certains. Tout dépendra de ce que le candidat aura vécu auparavant et il n’y a pas de miracle : si dans son environnement immédiat il a été correctement préparé aux gestes barrières, il n’y aura pas de problème, sinon ce sera plus difficile de s’adapter pour ceux qui vont en prendre connaissance et les appliquer au moment de l’examen », a-t-elle expliqué.

Au sujet de la crainte de la contamination par le virus de la Covid-19, Mme. Sebaâ-Delladj a souligné que la peur de contracter le Coronavirus s’ajoutait « au stress, habituel, des examens et à l’éventuel risque de sanction en cas de non-respect des mesures préventives ». Cependant, elle a rassuré quant à la simplicité de l’application du protocole sanitaire, rappelant, encore une fois, sur l’importance de la préparation « individuelle et collective ».

« Il ne faut pas oublier que, déjà, la situation d’examen est hautement anxiogène et maintenant s’ajoute la peur de la contamination et de la sanction pour non-respect des règles pour des adolescents récalcitrants. Comme pour toute situation, il faut se préparer individuellement et collectivement. Les gestes barrières sont simples à respecter et il faut suivre le protocole mis en place qui, j’espère, a été pensé et étudié sérieusement pour rassurer les candidats et leurs parents. Une fois rassurés par le personnel éducatif et leurs parents, les candidats seront au mieux pour gérer uniquement le stress dû à l’examen », a-t-elle rajouté.

Le dernier point abordé par Mme. Fatima-Zohra Sebaâ-Delladj a traité de « la communication institutionnelle » et de son rôle à réduire le stresse chez les candidats et leurs parents.

« La communication (du Ministère l’Éducation Nationale) n’est vraiment pas notre fort. On agit toujours pour les autres et non avec les autres. Les décideurs, avant toute prise de décision, se doivent de consulter, d’écouter et de tenir compte des doléances émises. La maîtrise de la communication est fondamentale pour le succès de toute politique publique et se doit d’être continue et adaptée aux différents publics visés », a-t-elle estimé.

« Pour preuve de non-respect d’une communication efficiente, les différentes directives émises par les structures d’enseignement, d’éducation et de formation souvent contradictoires ou tellement confuses que nous comprenons une chose et son contraire et ce, quelle que soit la langue utilisée (arabe, français ou anglais) », a-t-elle conclue.

Pour rappel, l’épreuve du BEM est prévue à partir de demain, lundi 7 jusqu’au mercredi 9 septembre, tandis que celle du BAC est prévue du dimanche 13 au jeudi 17 septembre prochain.

Rédaction d’Algérie 360.