Affaire de la villa Moretti : les révélations ahurissantes de Madame Maya

Affaire de la villa Moretti : les révélations ahurissantes de Madame Maya

Le tribunal de Chéraga a reporté ce mercredi le procès de Lechnach Zoulikha-Chafika, allias Madame Maya, la prétendue fille du président déchu, Abdelaziz Bouteflika. Le procès aura lieu le 30 septembre prochain.

L’histoire de « Madame Maya » remonte à la fin de l’année 2001. Après l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, elle affirme qu’elle échangeait des appels téléphoniques avec lui. Et c’est à ce moment-là qu’elle lui avait demandé de l’aider à faire aboutir un projet d’édification d’un parc d’attractions à Chlef.

Selon le quotidien le Soir d’Algérie, Madame Maya a affirmé durant l’enquête que Mohamed Rouguab, l’ancien secrétaire particulier de Bouteflika, avait été spécialement chargé de l’aider dans son entreprise. Elle avait également reçu un logement dans la même wilaya, par le biais du wali Mohamed Ghazi, qui sera après ministre du Travail.

Durant l’enquête, elle affirme que les frais de construction du site sont son propre argent. Même pour le terrain 500 mètres carrés, que lui a accordé le wali de Chlef, elle déclare l’avoir acquis à coup de 5 millions de dinars. Quatre jours après avoir été présentée à l’ancien wali d’Oran Abdelghani Zaâlane, pour l’aider dans l’ouverture d’une supérette à Oran, Mme Maya reçoit la visite d’un voisin, Yahiaoui Mohamed, qui est actuellement en fuite.

Il aura déposé un carton contenant dix milliards de centimes, une offrande des entrepreneurs d’Oran. Durant la même soirée une équipe des services de sécurité la villa de Moretti et met la main sur vingt kilos d’or, évalués à vingt milliards de centimes, soixante-dix milliards de centimes et les 10 milliards de centimes que Yahiaoui avait amenés.

Mme Maya et ses filles ont été alors arrêtées, et passent neuf jours à la caserne Antar. Elles sont, ensuite, relâchées et nullement inquiétées, ajoute la même source. L’une de ses filles, Farah avait déclaré lorsqu’elle était arrêtée en 2019 que Yahiaoui Mohamed leur a rendu les 10 milliards de centimes en février 2017, et qu’il était venu avec un ancien député.

Madame Maya a accusé, dans ses déclarations aux enquêteurs, Mohamed Ghazi et de Abdelghani Zaâlane de complicité avec Saïd Bouteflika et Abdelhamid Melzi, ancien DG de Club-des-Pins, de lui avoir tendu un piège en demandant à Yahiaoui Mohamed de lui remettre les dix milliards de centimes. « Saïd Bouteflika me détestait en raison de ma proximité avec Abdelaziz Bouteflika », a-t-elle affirmé.

Concernant l’ancien DGSN Abdelghani Hamel, Madame Maya et ses filles affirment l’avoir reçu en visite à la suite d’un vol signalé dans la villa, mais elles nient avoir bénéficié de la protection d’éléments de la police en tenue. Cependant, leurs réponses à ce sujet sont vagues. Elles déclarent ne pas savoir, ne pas se souvenir. C’est d’ailleurs le cas concernant les deux aides ménagères qu’elles employaient et qui étaient issues du ministère du Travail.

 

Rédaction d’Algerie360