Le frère du journaliste Khaled Drareni demande sa libération immédiate

Le frère du journaliste Khaled Drareni demande sa libération immédiate

Chakib Drareni, le frère du journaliste algérien Khaled Drareni, condamné à trois ans de prison ferme par le tribunal de Sidi M’Hamed, a réagi samedi depuis New York, où il réside, en demandant sa « libération immédiate » et sans condition.

 

En effet, lors d’un site-in de solidarité organisé par une douzaine de personnes devant le consulat algérien de la métropole américaine, en plein coeur de Manhattan, Chakib Drareni a déclaré : « Mon frère (…) n’a fait qu’exercer son métier »,  toute en brandissant des pancartes « Le journalisme n’est pas un crime » ou « Liberté pour Khaled ».
« Nous sommes extrêmement déçus du fait que Khaled ait été arrêté, emprisonné et traité de cette manière. Ni Khaled, ni les journalistes algériens ne méritent un traitement pareil », a-t-il ajouté.

Chakib Drareni a ajouté : « Nous avons le soutien de plusieurs pays et nous avons aussi l’espoir que la justice algérienne fasse quelque chose, nous ne baisserons pas les bras, même si la justice algérienne nous a extrêmement déçus ».
Bardé d’une pancarte « Justice pour mon frère », il a dit regretter que la famille n’ait pas encore eu le droit d’aller rendre visite au journaliste, qui n’a eu sa mère au téléphone qu’à deux reprises depuis mars, pour « des conversations extrêmement courtes ».

Pour rappel, Khaled Drareni, âgé de 40 ans, est le directeur du site d’information Casbah Tribune et correspondant en Algérie pour la chaîne francophone TV5 Monde et l’ONG Reporters sans frontière, est incarcéré depuis le 29 mars, il a été condamné lundi à Alger à trois ans d’emprisonnement et à une lourde amende pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale ».

Rédaction d’Algérie360