Les Emirates appelle la Turquie à ne plus « s’immiscer » dans les affaires arabes

Les Emirates appelle la Turquie à ne plus « s’immiscer » dans les affaires arabes

Les Emirats arabes unis a incité la Turquie à ne plus « s’immiscer » dans les affaires des pays arabes et à se débarrasser d’une logique « colonialiste ».

Suite à l’accusation par Ankara des Emirats arabes unis d’actions « malintentionnées » en Libye, Anwar Gargash, le ministre d’État des Emirats aux Affaires étrangères a exhorté, samedi dernier, la Turquie de « cesser de s’immiscer dans les affaires arabes ».

En effet, sur son compte Twitter, M. Gargash a suggéré à la Turquie de se défaire des comportements évoquant l’ère de « la Sublime Porte et du langage colonialiste ». « La Sublime porte et les illusions colonialistes n’ont de place que dans les archives de l’histoire (…) et les relations entre États ne se gèrent pas par les menaces », lit-on dans le tweet en question.

Cette déclaration est survenue suite à l’accusation des Emirats d’actions « malintentionnées » en Libye, par le ministre de la Défense Hulusi Akar, vendredi dernier. Le ministre de la Défense turc a affirmé que les « comptes seront faits » entre Ankara et Abou Dhabi. « Il faut demander à Abou Dhabi d’où viennent cette hostilité, ces mauvaises intentions, cette jalousie », a affirmé M. Akar lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera.

Ces déclarations interviennent dans un contexte de tensions croissantes entre les pays impliqués dans le conflit en Libye, qui oppose le Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU et siégeant à Tripoli, et le maréchal Khalifa Haftar, qui règne sur l’est et une partie du sud de ce pays.

À noter que les relations entre Ankara et Abou Dhabi se sont dégradées ces dernières années en raison des conflits en Libye, où les deux pays soutiennent des camps opposés, et suite à des rivalités régionale et raison du soutien apporté par les Turcs au Qatar lors d’un indifférent entre ce pays et ses voisins du Golfe.

 

Rédaction d’Algérie360.