Manque de lits aux services Covid-19 : Benbouzid pointe du doigt « des chefs d’établissements »

Face à la recrudescence du nombre de cas de coronavirus en Algérie, le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a mis l’accent, ce dimanche, sur la nécessite d’une meilleure prise en charge sanitaire du citoyen.

Lors de son passage à l’émission « l’invité de la rédaction » d’Alger Chaine 3, Benbouzid a indiqué que c’est « inadmissible et insoutenable » que des patients atteints du coronavirus, qui s’étaient présentés à des structures de santé pour y être soigné, notamment à M’Sila, Sétif, Constantine et Sidi Aissa, aient été renvoyés chez eux.

Assurant que le nombre de lits n’a pas été suffisamment déployé, le ministre de la Santé a pointé du doigt des gestionnaires n’ayant pas cru utile d’augmenter le nombre de lits pour les recevoir. D’ailleurs, « Des sanctions, sont tombées et d’autres devraient suivre », a-t-il indiqué.

S’appuyant sur l’exemple qu’un hôpital disposant de 600 lits n’en ait mobilisé qu’entre 120 à 160, Benbouzid s’est interroger ; pourquoi certains chefs d’établissements ont parlé de « saturation » ?

« J’ai donné 48 heures à ces derniers pour que, ce dimanche, le problème soit solutionné », a-t-il prévenu. Et d’ajouter « je ne veux plus qu’un seul citoyen s’adressant à un hôpital s’entendre dire qu’il n’y a pas de place pour le recevoir et le soigner ».

Pour rappel, quatre-cent-soixante-dix (470) nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19), 251 guérisons et 8 décès ont été enregistrés les dernières 24 heures en Algérie, selon le bilan établi par le ministère de la Santé.

Rédaction d’Algerie360