Tahkout : « J’ai construit un bus 100% algérien »

Le procès de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, poursuivi pour corruption, a repris, ce mardi 7 juillet, au tribunal de Sidi M’hamed à Alger, avec l’audition de son fils Bilel et plusieurs accusés.

Appelé à la barre pour répondre à ses accusations, le principale accusé Mahieddine Tahkout a déclaré :  » Il y a ceux qui disent que je suis un ‘gonfleur de pneu’, mais j’ai construit un bus 100% algérien. Nous avons construit le bus modèle. »

« Tous mes investissements étaient sans prêts. Nous avons déposé le dossier d’accréditation auprès du Ministère de l’Industrie, mais ils l’ont rejetée. Quand j’ai quitté le FCE, je me suis retrouvé face à des difficultés par tout », a ajouté l’homme d’affaires.

Plusieurs anciens hauts responsables de l’Etat, dont les deux ex premiers ministre Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont été entendus par le juge chargé de cette affaire.

Placé en détention provisoire en juin 2019, Tahkout est poursuivi pour plusieurs chefs d’inculpation dont « l’obtention de privilèges de la part de cadres de l’Office national des œuvres universitaires (ONOU) et du ministère des Transports dans l’affaire des œuvres universitaires ».

Redaction d’Algerie360