Karim Tabbou : « La prison est une usine à transformer la colère en énergie politique »

La figure du mouvement populaire (Hirak) Karim Tabbou est sorti, jeudi dernier, de la prison de Kolea (Tipaza).

Karim Tabbou a été libéré provisoirement par la chambre d’accusation de la Cour d’Alger, qui a examiné le recours introduit par sa défense autour de l’exécution de la décision du 24 mars dernier ou il avait été condamné à 1 an de prison ferme.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision Berbere TV, l’opposant politique est revenu sur les 9 mois passés à la prison de Koléa.

« La prison est une usine à transformer la colère en énergie politique », a témoigné M. Tabbou, ajoutant : « Quand tu te sens humilié, enfermé dans une cage de deux mètres carrés, tu as le temps de réfléchir.

« C’est une nécessité historique que (…) d’aller vers un vrai processus politique qui permette d’aller de l’avant», a souligné la figure du Hirak.

Pour Karim Tabbou, « La meilleure façon de faire le printemps, c’est de sortir tous les oiseaux des cages », faisant allusion aux détenus du Hirak qui croupissent dans les prisons.

L’opposant politique a appelé les Algériens à rester « unis, pacifiques, déterminés, civilisés et organisés », soulignant que « rien ne fera renoncer aux principes du Hirak ».

Pour rappel, Karim Tabbou a été condamné le 11 mars dernier à 1 an de prison dont 6 avec sursis, par le tribunal de Sidi M’hamed (Alger). Suite à l’appel introduit par le parquet, la Cour d’Alger l’avait condamné, le 24 mars, à une année de prison ferme.

Redaction d’Algerie360